THIRION Didier

 

Né à Thionville le 17 février 1763, décédé à Paris le 28 décembre 1815. Fils d'artisan, avocat à Metz, il fut élu député de la Moselle à la Convention. Dans le procès de Louis XVI, il vota la mort du roi. Envoyé en mission, il épura sévèrement les autorités constituées de la Sarthe, de la Mayenne et de l'Eure-et-Loir . C'est principalement contre les fédéralistes et les prêtres qu'il sévit. A La Flèche, il fit brûler sur place publique le coeur de Henry IV et celui de Marie de Médicis qui étaient conservés pieusement dans l'église de cette ville, il s'opposa à Robespierre et prit la défense de Collot-d'Herbois. Cette position l'exposait aux représailles: il fut décrété d'arrestation après Thermidor, mais amnistié par le décret de la Convention pris lors de son ultime séance. Il fut ensuite magistrat et prodesseur: il enseigna les belles lettres à l'Ecole centrale du département de Sambre-et-Meuse, et au lycée de Mayence, et la littérature à la faculté des lettres de Douai. Atteint par la loi du 12 janvier 1816 qui le bannissait de France, il s'empoisonna peu après, selon certains historiens, pour d'autres. Il mourut à Paris le 28 décembre 1815

© Les convotionels régicides