REYNAUD de BONNASSOUS Claude André Benoit

 

Né au Puy le 17 avril 1749, décédé à Taulhac (Haute-Loire) le 10 septembre 1815. Avocat, député de la Haute-Loire à l'Assemblée législative et à la Convention, il vota la mort du roi. Envoyé en mission en Haute-Loire et en Lozère, il fit preuve d'une extrême dureté contre les nobles et les "suspects" qu'il fit jeter en prison. Il est responsable de l'exêcution de l'exêcution du suppléant Imbert et de dénonciations calomnieuse à l'endroit de son collègue Barthélémy, dont il demanda la tête, et contre Boissy d'Anglas, il poussa son désir de "régénérer l'esprit public" jusqu'à intervenir après la fin de son mandat et dans les départements voisins. Comme on lui reprochait, en haut lieu, ses excès, il envoya au Comité de salut public une longue lettre signée Solon Reynaud dans laquelle il glorifiait la guillotiné, "vengeresse de la République". Il réussit à se faire oublier après Thermidor, et sous le Directoire, il fut nommé commissaire près l'administration centrale de la Haute-Loire. Mais les plaintes, qui affluèrent contre lui, le firent destituer en juillet 1796 et il se retira dans sa propriété de Bonnassous, près du Puy. Il avait été, entre temps, maire du Puy.

© Les convotionels régicides