POINTE Noël

 

Né à Saint-Etienne le 12 juillet 1755, décédé à Saint-Foy-la-Grande le 9 avril 1825. Fils d'un armurier, il exerçait le même métier lorsqu'il fut député du Rhône-et-Loire à la Convention, dans le procès de Louis XVI, il vota la mort. Chargé de la surveillance de la manufacture d'armes de Saint-Etienne, il fut séquestré quelque temps par les fédéralistes de Lyon en Juin 1793. Ayant retrouvé la liberté, on l'envoya en mission pour s'occuper de la fonderie des canons et de la fabrication des armes (Le Creusot, Pont-de-Vaux, Bergerac). Il fut, par la suite, greffier du Conseil de guerre, archiviste départemental, commerçant et percepteur à Thénac en 1813. Révoqué par la première Restauration et frappé de bannissement, il fut arrêté chez lui en 1816 et emprisonné jusqu'en 1818. Puis il se retira à la Bastide-de-Monestier, et enfin à Sainte-Foy-la-Grande.

© Les convotionels régicides