PÉRARD Charles François Jean

 

Né à Angers le 9 avril 1760, décédé à Paris le 6 avril 1833. Rallié très tôt aux idées nouvelles, il fut avocat, rédacteur aux Amis de la Constitution et suppléant à la Législative. Elu député du Maine-et-Loire à la Convention, il siégea sur les bancs de la Montagne et vota pour la mort du roi. Après les incidents du camp de Grenelle, en octobre 1796, il fut inscrit sur la liste des ex-Conventionnels à éloigner de la capitale, en raison de ses sentiments (réels ou supposés) de "babouvisme". Il refit surface comme fonctionnaire (police, justice) grâce à Fouché. Mais il resta dans la vie privée pendant l'Empire et ne fut fonctionnaire de police que pendant les Cent-Jours: Le génie de la France, qui vous a ramené, veille sur vous, avait-il écrit à Napoléon, disposez de moi". Il fut banni et il vécut à Londres, puis à Dublin, et ne rentra en france qu'après la Révolution de Juillet. Louis-Philippe lui remboursa les avances faites par lui pendant les Cent-Jours, lorsqu'il était lieutenant extraordinaire de police à Dieppe.

© Les convotionels régicides