Jean-Baptiste Louis Oursin (dit de Bures)

Il fut guillotiné dans le cadre du complot de la Chambre des Vacations du Parlement de Paris.
Il est né le 1er mars 1748 à Paris, fils de :
- Pierre Oursin, écuyer, seigneur de Digoville, Saint-Pierre-Oursin, Bures, Guillerville etc... receveur général des finances de la Généralité de Caen, lui-même fils de Jean Oursin, écuyer, conseiller-secrétaire du roi, receveur général des finances à Caen, important financier de la fin du règne de Louis XIV et de l'époque de la Régence).
- et de Henriette Le Noir de Cindré (fille de Guillaume Le Noir de Cindré, écuyer, conseiller secrétaire du roi, fermier général, receveur général des finances à Alençon)
Il entre au Parlement de Paris le 27 juillet 1770 (lettres du 28 juin 1770) à la suite de son frère Jean-Pierre Oursin conseiller depuis 1765, avec lequel il participera activement, en 1785, au procès du Cardinal dans l'affaire du collier de la Reine. Ils furent au nombre des défenseurs du cardinal en compagnie de nombre de leurs parents siègeant au Parlement (Pasquier, Ricouart d'Hérouville, Serre de St-Roman, Chauvelin...).
A la veille de la révolution, JBL Oursin est conseiller à la 1ère chambre des requêtes. C'est ès qualité qu'il sera amené à signer une protestation rédigée sous l'égide du Louis Le Peletier de Rosanbo (président de la Chambre des Vacations seule encore en exercice pour l'expédition des affaires courantes à la suite de la suppression du Parlement de Paris par le vote de l'Assemblée Constituante en date du 24 mars 1790) et signée par 24 membres du Parlement.
Cette protestation restée secrète sera découverte par hasard au domicile parisien de Le Peletier lors d'une perquisition effectuée le 27 frimaire An II, à la suite d'une dénonciation d'un des valets de Le Peletier.
Rappelons que le beau-père de Le Pelletier n'est autre que Malesherbes et ses gendres Hervé de Tocqueville (le père d'Alexis...) et Jean-Baptiste de Chateaubriand (le frère...). La famille sera presqu'entièrement guillotinée.
Seulement 16 parlementaires furent finalement saisis. En compagnie de quelques autres personnes d'importance ils furent mis en accusation par Fouquier Tinville le 29 germinal An II, écroués à la Conciergerie et exécuter Place de la Concorde le 1er floréal An II (22 avril 1794).
Procès : ANF Série AF (Sous série AFII) : pièces ralatives à JBLO : 48, 290, 292
Série F : 4774 (18)
Série T : 1630 et 1687 (séquestre des émigrés)
Série W : 349 et 527 (pièces complète du procès des Parlementaires
Série X (sous série X 1A) : 8792 (188/241) Provision et dispense d'âge pour l'office de conseiller au Parlement de Paris (28/6/1770)
Il ne s'est jamais marié (et n'a eu aucune descendance). Il était co-seigneur de Bures (avec son frère Jean-Pierre mort sous l'Empire) et seigneur de Guillerville (près de Caen).


© J-P Oursin