NIOU Joseph

 

Né à Rochefort le 6 janvier 1749, décédé à Paris le 30 mai 1823. Ingénieur de la Marine, maire de sa ville natale en 1790, député de la Charente-Inférieure à l'Assemblée législative en 1791, il entra à la Convention en 1792, où il vota la mort du roi. En mission sur la côte de l'Atlantique, de Lorient à Bayonne, il renforça la défense, et fut ensuite envoyé dans le Nord et le Pas-de-Calais pour procéder à l'élimination des suspects en 1793: à Saint-Omer et à Dunkerque, il fit arrêter une quinzaine de personnes. Ensuite, il fut chargé d'organiser la poudrerie de Grenelle en 1794, puis de surveiller la construction et l'armement de vaisseaux et de frégates. Après Thermidor, il fut nommé à l'armée navale de la Méditerranée. Il était à Toulon lors de l'insurection de 1795 et il réussit à s'éclipser avec l'escadre de Toulon, en ne perdant qu'un navire. Il siégea au Conseil des Anciens (1796-1798) et devint le "patron" des constructions navales à Lorient. Exilé en 1816, il vécut en Belgique jusqu'en 1819, date de son retour en France. Ses deux fils avaient été tués dans l'armée napoléonienne.

© Les convotionels régicides