MÉAULLE Jean Nicolas

 

Né à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine) le 16 mars 1757, décédé à Grand le 17 octobre 1826. Avocat à Châteaubriant, il élu député suppléant de la Loire-Inférieure à l'Assemblée législative, puis à la Convention nationale, où il vota la mort du roi.. Envoyé en mission à Lyon, il fut effrayé des excès de la Terreur pratiqués par son collègue Fouché. Il eut bien d'autres missions en province, où il se conduisit avec fermeté. Mais il mit au défi ses collègues de la Convention de citer en lui un "arrêté qui porte atteinte à la sûreté des personnes ni aux propriétés particulières" Après Thermidor, il réclama la mise en liberté de ceux qui n'avaient fait qu'exécuter les ordres des députés en mission. Il siégea ensuite au Conseil des Cinq-Cents et accueillit sans déplaisir le 18 brumaire. Il fut ensuite, magistrat du Régime, notament procureur général à Hambourg. Napoléon le créa chevalier de l'Empire le 20 août 1809. Bien que n'ayant occupé aucune fonction aux Cent-Jours, il fut exilé en 1816 comme régicide, et s'établit à Gran; il y mourut dix ans plus tard

© Les convotionels régicides

 Son fils ainé, Louis, qui était sous-lieutenant, mourut en Russie en 1812

Son deuxième fils, Hyacinthe-Charles Méaulle, avocat, fut député d'Ille-et-Vilaine, maire de Châtillon-en-Vendelais.

Sa petit-fille, Constance-Félicité, épousa Jean Pierre Armand de Montluc, consul général. La soeur de Constance de Montluc épousa un notaire de Rennes, don't elle eut deux fils, Léon-Marie-Constant Lefeuvre-Méaulle et Hyacinthe-Aristide Lefeuvre-Méaulle, également notaire.