MAUCLAIRE Pierre

 

Mauclaire était un humble brocanteur, natif de Troyes-en-Champagne. Arrêté sur la Montagne Sainte-Geneviève, au cours d'une dispute, il a eu l'imprudance de s'écrier que " tous ceux qui avaient détruit le culte catholique c'étaient des gueux! ".

Emmené d'abord au poste de Saint-Firmin, maltraité par les policiers, trainé ensuite de geôle en geôle sans pouvoir, faute de place, être incarcéré, il a fini par échouer à Sainte-Pélagie d'où il a été transféré au Luxambourg.

Certaienement un peu exalté, cet homme ne peut s'empêcher d'écrire, et ses lettres, virulentes, soigneusement interceptées n'ont pas tardé à attirer l'attention sur lui; une dernière, adressée au Comité révolutionnaire de la Section du Panthéon, entrainera son envoi au tribunal révolutionnaire. Datée de sa prison, " ce 15 mai l'an de grâce 1794 et l'an IV de la persécution des chrétiens ", elle renferme certains passages terriblement dangereux pour celui qui en était l'auteur :

" N'ai-je pas raison de dire que nous sommes dans une perécution ouverte depuis quatre ans, en commençant par les ministres du culte catholique, et par une infinité de chrétiens qui ont péri et qui rérissent tous les jours? ... Combien de victimes innocentes qui gémissent dans les prisons de cette malheureuse France, et qui attendent la fin de leurs maux, sûrs de leur conscience. Ils poussent des cris remplis de larmes à leur Dieu, pour qui ils souffrent..."

Mettant en parallèle l'ancien et le nouveau régime, il dépeignait la vie effroyable imposée par celui-ci : crimes, profanation, blasphèmes, persécutions, inquisitions, violences, assassinats multiples au nom de la Liberté... "Quel fléau et quelle folie!"

Une prière suivaitn ardente, accusatrice:

"... Convertissez-vous, Seigneur, pour retrourner à vous et faire pénitence de tant de forfaits.. Donnez-nous, par votre miséricorde, un roi trés chrétien, pour changer l'état pitoyable de la France, relever avec zéle vos temples, vos autels, et les reliques de vos saints, qui ont été profanés avec tant de fureur. Donnez-nous, seigneur, des saints ministres pour prêcher la véritable religion, pour offrir au Dieu trois fois saint la victime seule capable d'apaiser votre colère... Donnez la paix à la France..".

Et, après avoir montré le désarroi religieux où était tombé le pays - bénédictions nuptiales supprimées, unions brisées par le divorce, disparition des jours consacrés au seigneur, il faisait suivre sa signature " Mauclaire, captif pour sa religion", de cette apostrophe : " Vive mon Dieu, ma religion et mon roi!..."

A la veille de mourir, il écrira encore à un de ses amis, le citoyen Hoisnard, qui s'empressera de la porter au Comité révolutionnaire, cette dernière lettre, véritable testament : "Mauclaire, toujours libre quoique prisonnier au Luxembourg chambre des Piques, N° 13, ce 21 mai 1794, le premier de ma captivité et de ma mort pour la Sainte religion catholique...

"Adieu à ses concitoyens.

"Nous ne nous reverrons plus sur la terre parce que je n'attends et désire que la mort qui va m'être infligée pour tous les crimes que l'on m'accuse, et qui sont à la vérité des crimes selon les hommes. Mais, fort de ma conscience et de la véritable religion que je professe publiquement.... la mort pour moi m'est ume grande consolation.... J'attends avec impatience le jour de cette exécution terrible pour les uns, et si glorieuse pour moi... (dont) je prie Dieu de ne pas me laisser échapper une si belle occasion pour reprocher les crimes et les profanations qui se sont commis de nos jours... Cela sera le sujet et la matière de mon jugement et de ma condamnation. Mais j'espère de la bonté de Dieu, qui m'a donné tant de grâces et de consolations dans les fers depuis mon heureuse arrestation qu' Il me donnera encore beaucoup plus de force et de courage pour soutenir devant mes juges ma religion, qui a été établi et cimentée par le sang d'un Dieu et le sang des millions de martyrs".

Le désir de Mauclaire sera exaucé : il montera sur l'échafaud le 5 prairial (24 mai)

© La vie religieuse sous la Terreur pages 239

 

accueil