MALLARMÉ François René Auguste

 

Né à Nancy le 25 février 1755, décédé à Mailines le 9 décembre 1831. Fils de Gabriel et de Margurite Jacob, il fit ses études de droit à Nancy et s'inscrivit comme avocat. Au début de la Révolution, il était procureur-syndic du distric de Pont-à-Mousson. Député de la Meurthe à l'Assemblé législative en 1791, puis à la Convention en 1792, il siégea à la Montagne et vota la mort du roi. Il fut élu comme président de la Convention, d'une insigne faiblesse devant les émeutiers quand on eut à décider du sort des Girondins. Membre de la Loge Le Centre des Amis et ami de Ramel, "un enrichi de la Révolution", il fut poursuivi par les Thermidoriens: il était accusé d'avoir fait déporter les prêtres du département de la Meuse. On lui reprochait aussi d'avoir constitué des tribunaux composés d'assassins. Il fut finalement arrêté le 1er juin 1795 et ne sortit de prison qu'après l'amnistie votée dans la dernière séance de la Convention. Il occupa ensuite diverses fonctions judiciaires: il fut chassé de l'une d'elle sous prétexte qu'il n'avait pas besoin de cette place, ayant amassé des sommes énormes. Il fut banni comme régicide en 1816 et il mourut, frappé d'aliénation mentale, dans une maison de santé tenu par des religieuses à Malines.

© Les convotionels régicides