LOMBARD-LACHAUX Pierre

 

Né à Beaufort (Drôme) le 4 juin 1744, décédé à Crest (Drôme) le 15 août 1807. Issu d'une famille protestante, il fut pasteur à Nyons de 1775 à 1786. Contrairement à ce qui a été écrit, il ne fut pas tailleur comme son frère, mais quand il s'établit à Orléans en 1786, ce fut toujours comme pasteur, Il devint maire d'Orléans après avoir été membre du directoire du Loiret. Lorsque Lombard-Lachaux offrit un banquet aux envoyés de Danton, venus examiner la procédure suivie à l'égard des détenus, les maisons des nobles orléanais furent pillées. Monsieur le Maire s'opposa à l'intervention de la troupe contre les pillards. Cette attitude favorisa-t-elle sa carrière politique? Toujours est-il devint député du Loiret à la Convention, où il vota la mort du roi. A quelque temps de là, il renonça à son ministère le jour où Monseigneur Gobel, évêque de Paris, vint abjurer lui-même. Il fut sauvé de justesse de l'épuration révolutionnaire par un arrêté du Comité de sûreté générale (novembre 1796). Après la séparation de l'Assemblée, il occupa diverses fonctions administratives, don't celle de chef de division du département des finances près du Directoire; c'est alors qu'il s'afflilia à la loge Le Centre des Amis. Puis il redevint pasteur et, sous l'Empire, il présida le consistoire de l'église réformée de Crest.

© Les convotionels régicides