LE COINTRE Laurent

Né à Versailles le 1er février 1742, décédé à Guignes (Seine-et-Marne) le 4 août 1805. Opulent marchand de toiles, propriétaire de plusieus manufactures à Lisieux et à Sèvres notamment, il fut nommé lieutenant-colonel de la 1er division de la Garde nationale de Versailles en 1789. Elu à l'Assemblée Législative, il s'y comporta en délateur permanent. Il dénonça tour à tour l'ancienne administration municipale de Versaille, les ministres Duportail et Narbonne, aisi que Beaumarchais; il dénonça les enfants de Louis XVI pour qu'ils fussent séparés de leurs parents, il dénonça Marie-Antoinette aussi bien que Robespierre et les anciens membres des Comités; il dénonça les canonniers et la Garde nationale comme partisans de Robespierre.... Finalement, il fut emprisonné au Mont-Saint-Michel et décrété d'accusation. Mais il s'en tira fort bien, et il poursuivit ses dénonciations. On le retrouva au Conseil des Anciens, toujours trés agressif. Il fut le seul habitant de Versailles qui rejeta la Constitution de l'an CIII: il vota également contre le Consulat à vie. Arrêté, car soupçonné de machinations contre la sûreté de l'Etat, il fut exilé à Guignes où il avait une propriété

© Les convotionels régicides