JULIEN Jean (dit Julien de Toulouse)

 

Né à Saint-Laurent d'Aigouze (Gard) en 1750, décédé à Embrun (Hautes-Alpes) le 17 décembre 1828. Pasteur protestant à Sète, puis à Toulouse, il fu député de la Haute-Garonne à la Convention. Il vota la mort de Louis XVI, sans appel, ni sursis. Envoyé en mission en Vendée et à Orléans, il devint suspect en raison de ses fréquentations et de ses trafics. Compromis, avec d'autres conventionnels, dans la falsification du décret du 17 vendéminaire an II (affaire de la Compagnie des Indes), il s'enfuit et fut mis hors la loi. Rentré en France après le 9 thermidor, il fut emprisonné, sous le Consulat, en Charente-Inférieure. Il se retira comme avocat à Turin et, plus tard, se fixa à Embrun, où il nourut, bien oublié, sans avoir été frappé par la loi sur les régicides.

© Les convotionels régicides