Michel JENVRIN


Michel Jenvrin, né vers 1775, était laboureur et avait donc 22 ans lorsqu’il fut arrêté et incarcéré à la maison d’arrêt du district de Domfront. Le P.V. d’écrou précise : sa taille,  5 pieds 1 pouce (1,65 m), cheveux et sourcils châtains, yeux bleus, etc.

Le 15 vendémiaire an VI (6 octobre 1797) il est interrogé par le directeur du jury de l’arrondissement de Domfront et accusé de chouannerie, le 22, il est ordonné qu’il soit traduit devant le jury d’accusation. Le 27 : un long acte d’accusation est dressé. Le 9 brumaire (30 octobre) il est transféré à la maison de justice du tribunal correctionnel de l’Orne. Le 12 il est de nouveau interrogé mais nie les faits qui lui sont reprochés. Le 14, sa mère lui adresse une lettre (3) (conservée aux Archives de l’Orne) pour lui faire part des demandes effectuées auprès des autorités, du voisinage et de la famille.

Le 17 frimaire (7 décembre) : il est condamné à mort.

M. Jenvrin dépose un recours pour tenter de " sauver sa tête ", mais le 9 pluviose an VI (28 janvier 1798) le pourvoi est rejeté et le 20, le jugement est exécuté…

Le condamné est conduit sur la place publique d’Alençon, vêtu d’une chemise rouge et d’après le procès-verbal de l’huissier du tribunal criminel " sur les une heure de l’après-midi, ledit Jenvrin a eu la tête sur un échafaud dressé à cet effet. "

 

accueil