HOUCHARD Jean Nicolas

Le 24 Septembre 1793

Des têtes risquent de tomber. Le général Jean Nicolas Houchard es déjà assuré d'avoir perdu la sienne. Le tribunal révolutionnaire lui a reproché de n'avoir pas réussi, à cause de sa lenteur, à débloquer Mayence et, plus grave encore, d'être entièrement responsable de la déroute qui a suivi la prise de Menin. Son successeur à la tête de l'armée du Nord, le tout nouveau général Jean Baptiste Jourdan, officier sorti du rang, a hésité avant d'accepter cette promotion? Mais on ne peut guère refuser ce que décide la Convention, au risque de passer pour contre-révolutionnaire. Il est vrai que le cas de Houchard n'est pas isolé. Schauenbourg et Landremont, les deux commandants des armées de la Moselle et du Rhin, ont également été relevés de leurs fonctions: le premier pour avoir échoué devant Pirmasens, il y a dix jours, le second parce qu'il a déclaré ne pas pouvoir tenir sur les lignes de Wissembourg.

© Chronique de la Révolution édition Larousse

Né à Forbach, Moselle le 24 janvier 1739 accueil