Amand Martial Joseph HERMAN

 

Amand Martial Joseph Herman, dit Martial Herman, né à Saint Pol sur Ternoise le 29-08-1759, guillotiné à Paris le 07-05-1795 à 35 ans.

Fils de notables de Saint Pol sur Ternoise: son père Nicolas François Joseph Herman était greffier en chef des Etats d'Artois. Son grand-père paternel, François Joseph Herman, était échevin de cette ville, bailli et receveur du Comte de Bryas. Son grand-père maternel, Martin Joseph Bellevre, était conseiller assesseur de Saint Pol sur Ternoise.
26-07-1783: avocat après des études de droit à Paris.
1786: substitut de l'avocat général au Conseil d'Artois.
1791: juge au Tribunal du District de Saint Pol sur Ternoise, puis du District d'Arras.
1792: Président du Directoire du département du Pas de Calais.
16-11-1792: Président du Tribunal criminel du Pas de Calais à Arras.
01-04-1793: nommé au Directoire du Pas de Calais et au Conseil de la Commune d'Arras.
28-08-1793: président du Tribunal Révolutionnaire de Paris (ami de Robespierre, celui-ci l'avait fait venir à Paris).
08-04-1794: remplacé par René Dumas au Tribunal Révolutionnaire et nommé Ministre de l'intérieur, puis commissaire des administrations civiles, police et tribunaux, cumulant les fonctions d'un ministre de l'Intérieur et d'un ministre de la Justice.
28-7-1794 (10 Thermidor an II): mis en état d'arrestation et d'accusation, au lendemain de la chute de son ami Robespierre.
6-5-1795 (17 Floréal an III): condamné à mort à une voix de majorité.

 


Après une déjà belle carrière départementale, à la tête du Tribunal Révolutionnaire de Paris, Martial Herman s'est rendu célèbre par sa présidence des procès de Marie Antoinette, des Girondins, du Duc d'Orléans, de Barnave, des Hébertistes et des Dantonistes. Juge reconnu pour sa grande probité, il a cependant participé à la sanguinaire répression de la soit-disante Conspiration des prisons de prairial an II pendant la Grande Terreur (plusieurs centaines de malheureux furent guillotinés après des jugements sommaires).