HARDENBERG KARL AUGUST prince von (1750-1822)

Né à Essenrod, Hanovre, le 31 mai 1750, décédé à Gêne le 26 novembre 1822 , Hardenberg entre au service de la Prusse en 1792 et négocie le traité de Bâle avec la République française en 1795. Ministre des Affaires étrangères en 1804, au moment de la troisième coalition, il mène une politique équivoque, traitant à la fois avec Napoléon et avec les ennemis de celui-ci. Après Austerlitz, il signe le traité de Schönbrunn qui donne le Hanovre à la Prusse. Écarté du gouvernement après la défaite d’Iéna comme l’exige Napoléon, il y fait sa rentrée en juin 1810 comme chancelier et développe la modernisation de l’administration et de l’armée prussiennes commencée par Stein; il abolit le servage et sécularise les biens d’Église. À la fin de 1812, il décide le roi Frédéric-Guillaume III à déclarer la guerre à Napoléon. Il devient aux yeux des Allemands le promoteur prestigieux de la «guerre de libération». Dans toutes les grandes assises européennes, de 1814 à 1822, il représente la Prusse; mais, physiquement diminué par ses débauches et surclassé par l’habileté de Metternich, il n’évite pas de mettre la politique de Berlin à la remorque de celle de Vienne.