GUYARDIN Louis

 

Né à Donnemarien (Haute-Marne) le 20 janvier 1758, décédé à Constance le 4 avril 1816 (au dire du Dictionnaire de bioagraphie françaiseà ou Fribourg (Suisseà le 14 avril 1816 (selon Kuscinski). Fils d'un chirurgien-juré, il fut avocat. Elu député de la Montagne, il vota la mort du roi. Chargé de plusieurs missions, il se fit remarquer par son zèle anticlérical. Il aurait été particulièrement odieux, également, avec Mme de Lafayette, don't le mari était alors considéré comme émigré. Après le 9 thermidor, il sut habilement tirer son épingle du jeu et devint membre des Cinq-Cent de 1795 à 1797. Rallié à Bonaparte, il devint président du tribunal criminel de la Haute-Marne en 1800, puis conseiller à la cour d'appel de Dijon en 1811, Napoléon récompensa ses services en le faisant chevalier de l'Empire le 29 septembre 1809

Son fère Simon Robert Gyardin (1760-1843) fut député de la Seine-et-Marne aux Cents-Jours. Exilé en 1816, il se fixa en Suisse où il mourut.

© Les convotionels régicides