FROGER-PLISSON Louis Joseph

 

Né à Bessé-sur-Braye (Sarthe) le 30 août 1752, décédé à Vendôme le 8 mars 1821. Fils d'un fermier général suffisamment fortuné pour être propriétaire du château de Courtauvaux, près de Béssé, cet avoué, membre du directoire du département de la Sarthe, fu envoyé à la Convention  où il fit partie de la redoutable commission des "vingt-quatre", chargée d'examiner les "papier de surveillance de la commune de Paris" . Il vota la mort du roi. Affecté à la surveillance des subsistances de la région de Paris, puis du Nord et du Pas-de-Calais, il amassa une coquette fortune. Elu au Conseil des Cinq-Cents, il démissionna à la suite d'une histoire d'interdiction de séjour à Paris pour les ex-Conventionnels sans fonctions qui lui avait valu d'être arrêté, et se retira à Vendôme où il créa une fabrique de gants qui employait 500 ouvriers. En 1816, il parvint à échapper à la loi d'exil des régicides comme industiel et "bienfaiteur".

© Les convotionels régicides