FERRY Claude Joseph

 

Né à Raon-aux-Bois (Vosges) le 19 novembre 1756, décédé à Liancourt (Oise) le 1er mai 1845. Savant égaré dans la politique, professeur de l'Ecole du Génie de Méeières, il fut l'adjoint de Gaspard Monge auquel il succèda en 1784. Le département des Ardennes l'envoya siéger à la Convention où il vota la mort du roi. Il collabora avec Fabre d'Eglantine à l'élaboration du calendier républicain et fut chargé de la surveillance de l'Observatoire. Il effectua diverses mission dans l'Est et sur les bords du Rhin, puis dans le Cher pour activer la fabrication des canons (pour ce faire, il dépouilla les églises de leurs grilles notamment à Amboise et à Vierzon). Lié avec Carnot, il accueillit mal Brumaire, et plus encore l'Empire auquel il refusa de prêter serment. Mis à la retraite, Ferry voyagea en Allemagne, Russie et Pologne jusqu'en 1809, date à laquelle il accepta la chaire de mathématiques à l'Ecole d'artillerie de Metz. En 1812 et 1813, il était examinateur à l'école polytechnique. Menacé d'exil en 1816, il refusa de quitter la France. Expulsé, il put revenir en 1818 et se retira chez son neveu, curé de Liancourt, qui était intervenu en sa faveur. Il fut à l'origine des premiers bateaux à vapeur sur la Seine et collabora activement à la Revue encyclopédique.

© Les convotionels régicides