ESCUDIER Jean François

 

Né à Solliès-Toucas (Var) le 16 décembre 1759, décédé à Toulon le 14 avril 1819. Fils d'un trés riche marchand de drap de Toulon, il exerça dans un premier temps le négoce de son père, puis devenu juge de paix, il fut élu député du Var à la Convention. Il siègea à l'extrême gauche et vota la mort du roi. Envoyé en mission dans les département du Var et des Bouche-du-Rhône, il se livra à de nombreuses exactions, mais dénonça tout de même les dilapidations de Fréron et Barras et s'opposa à leur décission de raser Toulon. Accusé par Chambon et Chiappe d'avoir fomenté une révolte à Toulon après la journée du 1er prairial, il fut arrêté le 27 mai 1795, mais bénéficia de l'amnistie de brumaire an IV. Sous l'Empire, il fut intendant de la Santé publique et fit montre d'un grand dévouement. Frappé en 1816 par la loi d'exil, il se réfugia à Tunis mais regagner la France dès 1819. Franc-maçon, il était affilié à la Loge Les Elèves de Minerve, de Toulon

© Les convotionels régicides