DUPONT Jacques Louis, dit Jacob

 

Né à Loches (Indre-et-Loire) le 9 décembre 1755, décédé à Charenton-Saint-Maurice le 26 octobre 1823. Fils d'un officier de gendarmerie, il entra au séminaire de Tours et reçut la tonsure en 1778. Ayant prêté serment à la Constitution civile du clergé, il devint maire de Perrusson (Indre-et-Loire) et fut élu à la Législative par ce département d'Indre-et-Loire. Il fit partie du Comité des finances et fut envoyé en mission comme commissaire dans les département de l'Oise "chargé de porté aux citoyens des paroles de paix, de les ramener à l'ordre par la persuasion, en les instruisant sur leurs devoirs et leurs véritables intérêts". Réélu à la Convention, il fit officiellement profession d'athéisme. Lors du procès de Louis XVI, il vota la mort du roi. Il fut contraint de donner sa démission en juin 1794, pour raisons de santé. Il commençait en effet à donner des signes de folie et se livrait à des extravagances qui le menèrent devant le tribunal criminel de Versailles, mais elle ne put empêcher qu'il se lance dans l'enseignement, réclamant la salle du Manège ou Notre-Dame de Paris pour y donner ses cours; il fut enfermé à Charenton-Saint-Maurice où il finit ses jours.

© Les convotionels régicides