DULAURE Jacques Antoine

 

Né à Clermont-Ferrand le 3 septembre 1755, décédé à Paris le 18 août 1835. Fils d'un commerçant, il entra en 1779 dans l'atelier de l'architecte du Panthéon, Rondelet, inventa le panthographe, instrument destiné à faciliter la levée des plans, et publia des ouvrages sur l'architecture. Enthousiasme par les idées nouvelles, franc-maçon (loge Osiris, Sèvres), fonda le thermomêtre du jour qui le fit connaitre et élire député du Puy-de-Dôme à la Convention. Siégeant à la Plaine, il soutint les Girondins dans son journal et fut attaqué par Hébert dans son père Duchesne. Dans le procès de Louis XVI, il vota la mort du roi. Décrété d'arrestation à la suite du rapport d'Amar (qui l'avait dans un premier temps oublié) pour avoir soutenu les députés proscrits dans le Thermomètre, il parvint à se cacher en Suisse et ne revint qu'après Thermidor occuper son siège à la Convention (8 décembre 1794). Envoyé en mission à Bergerac et à Tulle, il se montra très modéré, faisant liberer les contre-révolutionnaires et les prêtres, si bien qu'il y eut une insurrection menée par ceux qu'il avait libérés et que son indulgence lui fut reprochée. Réélu au Conseil des Cinq-Cents il réclama un enseignement obligatoire et national. Le 18 brumaire ayant brisé sa carrière, il se retira et se consacra à des travaux historiques et archéologiques, créant l'Académie celtique, devenue aujourd'hui la Société des antiquaires de France. Il est l'auteur des Esquisses historiques des principaux événements de la Révolution française en 6 volumes et de nombreux autre ouvrages plus ou moins contreversés.

© Les convotionels régicides

"Histoire des environs de Paris" par J.A. DULAURE