DU BOUCHET Pierre

 

Né à Thiers (Puy-de-Dôme) le 13 septembre 1737, mort à Constance le 24 mars 1818. Fils d'un riche fabricant de papier, il devint médecin à Montbrison, puis maire de cette ville en 1791. Elu à la Législative, puis à la Convention par le département du Rhône-et-Loire, il siègea à la Montagne et vota la mort du roi. Envoyé en mission en Seine-et-Marne et dans le Loiret pour contrôler la circulation des grains, il se multiplia, jouant la mouche du coche, et faisant montre d'une élégance tapageuse. Il harcelait les administrateurs du district de Provins pour la destruction des châteaux conformément à un décret de la Convention. De retour d'une mission à Fontainebleau, il se venta d'avoir œuvré pour la République, contrecarrant les accusations de Rousselin-Saint-Albin qui lui reprochait d'avoir désorganisé les pouvoirs publics. Non réélu au Corps législatif, Du Bouchet rentra dans la vie privée. Administrateur de la Loire sous le Directoire, il dut déménager plusieurs fois, car il craignait d'être assassiné comme ex-conventionnel. Il ne se manifesta pas sous l'Empire, mais sortit de sa réserve aux Cent-Jours pour accepter la fonction de maire de Montbrison. Il fut frappé par la loi d'amnistie à la Restauration et dut s'exiler en Suisse où il mourut sans avoir pu rentrer en France

© Les convotionels régicides