DANTON Georges Jacques

homme politique français (Arcis-sur-Aube le 28 octobre 1759 - Paris le 5 avril 1794)

 

Avocat, il fonda, en 1790, le club des Cordeliers. Membre de la Commune et du directoire du département de Paris (1791), ministre de la justice et membre du Conseil exécutif provisoire après le 10 août 1792, il fui, en fait, le chef du gouvernement insurrectionnel, avant de devenir député de Paris à la Convention. Orateur puissant et impétueux, il siégea à la Montagne et fut le principal organisateur de la défense nationale. Membre du Comité de salut public, il en fut éliminé en 1793. Il réclama la fin du régime de la Terreur et entreprit des négociations secrètes avec l'ennemi, Accusé de tiédeur et de concussion par Robespierre

L'acte d'arrestation de Danton

Gabrielle Danton est morte le 17 février 1793 en mettant au monde son quatrième fils. Danton ne reveverra plus celle qu'il avait épousée par amour en 1787, alors qu'il n'était encore un petit clerc de notaire sans avenir, lors qu'il a appris la tragique nouvelle, Danton était en mission en Belgique. Il est revenu en toute hâte à Paris mais trop tard. Arrivé rue des Cordeliers, il a appris que sa femme était déjà enterrée. Insensible aux marques d'amitié de ses amis, Danton a eu alors un geste fou d'amour et de désespoir. Il est allé trouver le sculteur sourd et muet Deseine, qu'il a entrainé au cimetière Sainte-Catherine, Là, de nuit, il a déterré Gabrielle et fait pratiquer par l'artiste un moulage du visage de la défunte. Oser, sans souci de sa réputation, violer la sépulture de son épouse afin de revoir une dernière fois le visage de celle qu'il avait tant aimée révéle l'etendue de sa douleur.

 

Gabrielle Danton, née Chapentier

Le fils de Danton et sa belle-mère accueil