COUTHON Georges

 

intime et fidèle de Robespierre, le député paralytique de l'Auvergne. Il format avec Robespierre et Saint-Just une sorte de triumvirat, réprima l'insurrection de Lyon (1793) et fit voter la loi du 22 Prairial (10 juin 1794) instituant " la Grande Terreur " il fut guillotiné le 10 Thermidor. Il tenta d'épargner le pire à la ville vaincue. Ses rigueurs parurent trop indulgentes.

© Journal de la France

Cet homme encore jeune est devenu tout récemment complètement paralysé et ne se déplace qu'à dos d'homme ou en fauteuil roulant. On raconte à Clermont-Ferrand que ce malheur lui est venu d'un séjour trop prolongé dans un marécage, sous une pluie battante, alors qu'il se rendait chez sa fiancée, la fille du lieutenant général du bailliage. Loin d'arranger les choses, une cure au Mont-Dore a aggravé son mal. Il est pourtant un joli garçon, à la physionomie aimable et douce. C'est l'un des plus brillants avocats de Clermont-Ferrand; il fait partie du comité judiciaire de l'assemblée provinciale d'Auvergne, et il y est très actif. Il a de nombreux, en particulier parmi les aristocrates libéraux. D'une inépuisable complaisance, d'une totale probité, il défend gratuitement les plus pauvres de ses clients.

homme politique français (Orcet 1750 - Paris 1794)

COUTHON Georges - Né le 22 décembre 1750 à Orcet (Auvergne), Mort à Paris sur l'échafaud, le 28 juillet 1794

Avocat, puis président du tribunal de Clermont-Ferrand. Député en 1791 à l'assemblée législative; puis à la Convention nationale.

En 1793 devint, avec Robespierre et Saint-Just, membre du Comité de Salut Public. Il joua dans le procès de Louis XVI un rôle important et prit ensuite une part active à la répression de la révolte de Lyon.

La Convention avait ordonné la destruction totale de cette ville.

Couthon se borna à un simulacre légal; fit nommer un comité de démolition; mais ne voulant point assumer l'odieux de cette mesure, se fit rappeler par la Convention. Sa mission terminée, il revint siéger au Comité de Salut Public jusqu'au 9 Thermidor.

Il tomba, entraîné par Robespierre, fidèle jusqu'à la mort à sa politique et à son amitié.

accueil