CHRONOLOGIE DE LA REVOLUTION FRANCAISE

1789 1790 1791 1792 1793-An II 1794-An III 1795-An IV 1796-An V 1797-An VI 1798-An VII 1799-An VIII

1795

1er Janvier 1795 (12 nivôse An III)

Rouen. La société populaire doit fermer ses portes apès avoir été dévastée par la jeunesse dorée de la ville.

2 Janvier 1795 (13 nivôse An III)

Rétablissement de la liberté du commerce avec l'étranger.

3 Janvier 1795 (14 nivôse An III)

Bretagne. Bleus et Blancs signent une trêve histoire

5 Janvier 1795 (16 nivôse An III)

Un institut des sourds-muets est créé à Paris.

7 Janvier 1795 (18 nivôse An III)

Les émigrés partis après la journée du 31 mai 1793 ont le droit de rentrer, à la condition d'exercer le travail de la terre ou un métier manuel. Ils peuvent retrouver leurs biens non vendus et toucher une indemnité pour leur bien vendus.

8 Janvier 1795 (19 nivôse An III)

Passage du Waal gelé par l'armée de Pichegru*.

13 Janvier 1795 (24 nivôse An III)

Rétablissement de la liberté de culte dans la Morbhihan.

14 Janvier 1795 (25 nivôse An III)

Vannes. Dans un souci d'apaisement, les représentants Guezno et Guermeur publient un arrêté condamnant les violances passées et autorisent la reprise du culte catholique dans le Morbihan.

Hambourg. Dumouriez* tente de se disculper histoire

17 Janvier 1795 (28 nivôse An III)

Les Français entrent à Utrecht.

19 Janvier 1795 (30 nivôse An III)

La jeunesse dorée a son hymne le Réveil du peuple, l'anti-Marseillaise, Il est chanté dans un café à la mode au Palais-Royal et a été composé par Gaveau sur des paroles de Souriguières

Provinces-Unies. Le général Pichegru* entre dans Amsterdam. histoire

23 Janvier 1795 (4 pluviôse An III)

Provinces-Unies. Au Hlder, la cavalerie de Pichegru* s'empare de la flotte hollandaise prise dans les glaces. histoire

25 Janvier 1795 (6 pluviôse An III)
Paris. La capitale connait son quarant-deuxième jour de gelée consécutif. Au plus bas, le thermomètre marque 25,5°C au-sessous de zéro

31 Janvier 1795 (12 pluviôse An III)

Rennes. De violentes émeutes provoquées par la disette, qui ont débuté la veille obligent Hoche* à faire donner la troupe.

2 février 1795 (14 pluviôse An III)

Affrontements entre la jeunesse dorée et les sans-culottes à Paris

Assassinat de terroristes arrêtés par les Lyonnais.

3 février 1795 (15 pluviôse An III)

La République batave est fondée aux Provinces-Unies, c'est la première "république soeur"

En Catalogne espagnole, Rosas tombe entre les mains des Français.

7 février 1795 (19 pluviôse An III)

Paris. Gracchus Babeuf* sous les verrous histoire

9 février 1795 (21 pluviôse An III)

Paris. Signature d'un traité de paix entre la France et le grand-duché de Toscane, ce dernier affirme sa neutralité.

12 février 1795 (24 pluviôse An III)

Vendée. Ouverture à La Jaunaye des pourparlers entre les représentants de la Convention et les chefs vendéens Charette*, Sapinaud* et Stofflet*.

14 février 1795 (26 pluviôse An III)

Lyon. Joseph Fernex, juge de la Commission révolutionnaire en prison depuis Thermidor, est massacré et jeté dans le Rhône par une foule de "réacteurs". L'attentat, qui s'est déroulé en plein jour, cause une profonde émotion.

Début de la Terreur blanche à Lyon, menée par une société secrete, les Compagnons de Jehu ou de Jésus

16 février 1795 (28 pluviôse An III)

Côtes-du-Nord. A Erquy l'armée républicaine intercepte la correspondance des chefs de la contre-révolution et arrête le marqui de Pange, le comte de Vasselot, le chevalier de la Rosière et le baron de Boishaudron. Seul, le comte de Frotté* parvient à s'échapper.

17 février 1795 (29 pluviôse An III)

Loire-Inférieure. Signature au manoir de la Jaunaye d'un traité de paix entre la République et les chefs rebelles Charette* et Cormartin* histoire

18 février 1795 (30 pluviôse An III)

Paris. Une délégation venue d'Arras dénonce à la Convention Joseph Le Bon* qui y a organisé la Terreur.

19 février 1795 (1er ventôse An III)

Paris. Les comité révolutionnaires sont supprimés dans les commune de moins de 5 000 habitants.

21 février 1795 (3 ventôse An III)

Paris. Cédant à la pression de l'opinion, la Convention rétablit la liberté de culte sur l'ensemble du territoire. histoire

23 février 1795 (5 ventôse An III)

Paris. La Convention, sur proposition de Merlin de Douai*, décide d'assigner à résidence dans leur commune tous les fonctionnaires civils et militaires destitués ou suspendus depuis Thermidor.

24 février 1795 (6 ventôse An III)

Sur proposition de Lakanal* , la Convention crée une école centrale pour 300 000 habitants.

25 février 1795 (7 ventôse An III)

Des cartes de rationnement sont distribuées à Dunkerque.

26 février 1795 (8 ventôse An III)

Nantes. En signe de paix, le général François de Charette* fait son entrée dans la ville aux côtés du général Canclaux* et du représentant Ruelle.

1er mars 1795 (11 ventôse An III)

Attaque de Fréron* à la Convention contre la Constitution de 1793

2 mars 1795 (12 ventôse An III)

Paris. La Convention vote le décret d'accusation contre Barère*, Collot d'Herbois*, Vadier* et Billaud-Varenne*. histoire

3 mars 1795 (13 ventôse An III)

Paris. La Convention autorise les émigrés et condamnés à recouvrer certains de leurs biens.

Paris. La Bourse est rétablie, conformément à la nouvelle politique économique mise en oeuvre à partir de l'abandon du Maximum.

5 mars 1795 (15 ventôse An III)

Mesures contre les "terroristes" ayant participé au massacre de la population à Toulon.

8 mars 1795 (18 ventôse An III)

Paris. La Convention rappelle dans son sein les Girondins survivants proscrits en 1793. Aussitôt réintégrés, ceux-ci demandent les têtes de ceux qui les avaient exclus le 2 juin.

9 mars 1795 (19 ventôse An III)

La fête célébrant le 31 mai est supprimée.

10 mars 1795 (20 ventôse An III)

Toulon. Exaspérés par les violences des Muscadins et des royalistes, les sans-culottes abattent sept émigrés qui venaient d'être arrêtés.

16 mars 1795 (26 ventôse An III)

Meudon. Un incendie détruit le château déjà endommagé par les pillages répétés.

17 mars 1795 (27 ventôse An III)

Paris. Une délégation des faubourgs Saint-Marceau et Saint-Jacques vient réclamer du pain à la Convention

18 mars 1795 (28 ventôse An III)

Maine-et-Loire. Le chef vendéen Stofflet* triomphe des troupes de Canclaux à Chalonnes.

19 mars 1795 (29 ventôse An III)

Épuisement des stocks de farine à Paris.

Chute de l'assignats à 8% de sa valeur initiale.

20 mars 1795 (30 ventôse An III)

Paris le président du Tribunal Martial Herman* en prison histoire

21 mars 1795 (1er germinal An III)

Nouvelle émeute à Paris pour réclamer du pain et la Constitution de 1793

Vote par la Convention sur proposition de Sieyès* d'une loi prévoyant la peine de mort pour les auteurs de mouvements séditieux contre la Convention.

22 mars 1795 (2 germinal An III)

Paris. Début de l'audition des Conventionnels Barère*, Billaud-Varenne*, et Collot d'Herbois*, Vadier*, quant à lui, est en fuite depuis le 2 mars.

28 mars 1795 (8 germinal An III)

Paris. Fouquier-Tinville* comparait devant le Tribunal révolutionnaire.

29 mars 1795 (9 germinal An III)

Paris. Bonaparte* quitte l'artillerie pour ^étre affecté au commandement d'une brigade d'infanterie en Vendée.

1er avril 1795 (12 germinal An III)

Paris les sans-culottes envahissent la Convention, réclamant du pain et l'application de la Convention de 1793 - La Convention ordonne la déportation sans jugement de Billaud-Varenne*, Collot-d'Herbois*, Barère* et Vadier, ce dernier étant en fuite

2 avril 1795 (13 germinal An III)

Paris. Le général Pichegru* réprime l'agitation qui se poursuit dans les faubourgs.

3 avril 1795 (14 germinal An III)

Paris. La Convention nomme une commission de sept membres, chargée de préparer les lois organiques de la Constitution de 1793.

5 avril 1795 (16 germinal An III)

Paris. De nouveaux députés de gauche sont décrétés d'arrestation, parmi lesquels Cambon*, qui s'enfuira, Levasseur de la Sarthe et de Themidoriens, Thuriot* et Lecointre*

Bâle. La Prusse signe la paix histoire

7 avril 1795 (18 germinal An III)
Paris. La Convention vote le décret établissant l'uniformité des poinds, mesures et monnaies suivant le système décimal.

9 avril 1795 (20 germinal An III)
Sarthe. Plusieurs centaines de chouans échouent dans leur attaque de La Ferté-Bernard.

10 avril 1795 (21 germinal An III)

Paris. La Convention ordonne le désarmement des terroristes dans toute la République, ce qui va favoriser le développement de la "Terreur blanche" dans le midi

11 avril 1795 (22 germinal An III)

Paris. La Convention décide de réintégrer dans leurs droits civiques tous les citoyens mis hors la loi après la journée du 31 mai 1793, à l'exception de certains royalistes comme le chef de l'insurrection de Lyon, Précy.

14 avril 1795 (25 germinal An III)
Ratification du traité de Bâle par la Convention.

17 avril 1795 (28 germinal An III)
Paris. La garde nationale, épurée de ses éléments révolutionnaires, passe sous le contrôle du Comité militaire de la Convention. Les soldats devront s'équiper eux-mêmes, ce qui éliminera les artisans et les ouvriers.

19 avril 1795 (30 germinal An III)
Ain. Six "terroristes", que l'on conduisait à Lons-le-Saunier, son massacrés à une demi-lieue de la ville.

20 avril 1795 (1er floréal An III)
Ille-et-Vilaine. près de Rennes, à La Prévalaye et au château de la Mabilais, cent vingt et un chefs royalistes de Bretagne, du Maine et de Normandie négocient avec les représentants de la Convention. Seuls vingt et un chefs acceptent de déposer les armes , et aux même conditions que les Vendéens. histoire

24 avril 1795 (5 floréal An III)

Lyon. Rafle antijacobine chez les Lyonnais histoire

26 avril 1795 (7 floréal An III)
Paris. Sanctionnant officiellement l'effondrement du papier-monnaie, la Convention annule le décret interdissant le commerce de l'or et d'argent.

26 avril 1795 (7 floréal An III)
Maine-et-Loire. Le camp de Stofflet* à Maulévrier est découvert et détruit par un détachement républicain.

30 avril 1795 (11 floréal An III)

Lyon. Le représentent Boisset, afin de prévenir un massacre de "terroristes" en pleine ville, ordonne de retenir à Mâcon et à Roanne tous les détenus politiques que l'on devait juger à Lyon.

Paris. Mort de l'abbé Barthélemy*, auteur du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce

en mai 1795 ( floréal An III)

France. La Terreur blanche s'abat sur le pays. histoire

2 mai 1795 (13 floréal An III)

Maine-et-Loire. Stofflet*, le dernier chef historique de la révolte vendéenne, signe les accords de pacification. histoire

4 mai 1795 (15 floréal An III)

Lyon. Plusieurs milliers d'émeutiers envahissent les prisons de la ville et massacrent 99 Jacobins détenus, dont le comédien Dorfeuille, ex-président du Tribunal révolutionnaire.

6 mai 1795 (17 floréal An III)

Paris. Fouquier-Tinville*, l'accusateur accusé histoire

7 mai 1795 (18 floréal An III)

Saint-Etienne. L'ancien maire jacobin Johannot est abattu en pleine rue par deux inconnus.

Paris. L'ancien accusateur public Fouquier-Tinville*, l'ex-président Herman* et quatorze juré du Tribunal révolutionnaire sont guillotinés.

11 mai 1795 (22 floréal An III)

Aix-en-Provence. Une trentaine de Jacobins sont assassinés dans les prisons de la ville.

16 mai 1795 (27 floréal An III)

La Haye. La France impose sa paix à la République des Provinces-Unis. histoire

17 mai 1795 (28 floréal An III)

Var. Les Jacobins de Toulon s'emparent de la ville qu'ils vont contrôler jusqu'au 23.

20 mai 1795 (1er prairial An III)

Paris. Première journée de l'insurrection, dite de prairial : les sans-culottes envahissent la Convention au cri de : "Du pain et la Constitution !" et assassinent le député Féraud*.

21 mai 1795 (2 prairial An III)

Nouvelle émeute parisienne et prise de l'Hôtel de Ville

22 mai 1795 (3 prairial An III)

Troisième jour d'insurrection à Paris. La Convention prend l'offensive et ses troupes occupent le faubourg Saint-Antoine.

23 mai 1795 (4 prairial An III)

Paris. Les troupes de ligne commandèes par le général Menou* font capituler le faubourg Saint-Antoine à court de munitions et de pain.

Var. Les patriotes toulonnais, qui marchaient sur Marseille, sont battus par les troupes du général Pactod.

24 mai 1795 (5 prairial An III)

Paris. Après avoir crèe la veille une Commission militaire pour juger les insurgés, la Convention ordonne aux sesction ordonne aux sections de désarmer et d'arrêter les sans-culottes les plus actifs. Environ 1 200 militants seront incarcérés.

25 mai 1795 (6 prairial An III)

Rennes. Averti de la reprise probable des hostilités de la part des insurgés, Hoche* fait arrêter le chef chouan Pierre de Comatin* et plusieurs de ses officiers.

26 mai 1795 (7 prairial An III)

Oléron. Billaud-Varenne* et Collot d'Herbois* sont embarqués pour Cayenne.

27 mai 1795 (8 prairial An III)

Agitation des chouans du Morbihan.

28 mai 1795 (9 prairial An III)

Paris. La Convention décrète d'arrestation les membres encore libres des grands Comités, à l'exception de Carnot*, de Prieur de la Côte-d'Or* et de Louis du Bas-Rhin.

31 mai 1795 (12 prairial An III)

Paris. Décret de la Convention supprimant le Tribunal révolutionnaire.

1er juin 1795 (13 prairial An III)

Paris. La Convention décrète d'accusation quarante-trois députés jacobin.

2 juin 1795 (14 prairial An III)

Saint-Etienne. Au cours de la nuit, douze Jacobins sont enlevés de leur prison et assassinés.

5 juin 1795 (17 prairial An III)
Marseille. Au fort Saint-Jean, les royalistes massacrent les prisonniers jacobins. histoire

8 juin 1795 (20 prairial An III)
Paris. Mort du dauphin Louis-Charles de France* . Bientôt, les hostiliés reprendront en Bretagne et Vendée. histoire

10 juin 1795 (22 prairial An III)
Décret de la Convention rayant de la liste des émigrés tous ceux qui ont fui la France après le 31 mai 1793.

12 juin 1795 (24 prairial An III)

Paris. Début du procès des députés compromis dans l'insurrection du 1er prairial devant la Comission militaire de Paris.

17 juin 1795 (29 prairial An III)

Côtes-du-Nord. Mort du chef chouan Boishardy* , tué au château de Villehement, près de Moncontour. Ses vainqueurs le décapitent et promènent sa tête dans le village. histoire

Paris. La Commission militaire condamne à mort les six députés montagnards qui avaient appuyé l'insurrection. A l'annonce du verdict, il tentent de se suicider. Goujon*, Duquesnoy* et Romme* meurent, Bourbotte*, Soubrany* et Duroy* sont conduits mourants à la Guillotiné.

23 juin 1795 (5 messidor An III)
Rassemblement d'une armée de quatorze mille chouans dans la région de Quiberon.

25 juin 1795 (7 messidor An III)
Reprise des hostilités en Vendée des homme de Charette*.

27 juin 1795 (9 messidor An III)

Avignon. Les membres du tribunal révolutionnaire d'Orange sont massacrés, et leurs corps jetés dans le Rhône.

Morbihan. Une flotte anglaise de cinquante voiles débarque un contingent d'émigrés dans la baie de Quiberon. histoire

Morbihan. Les émigrès commandés par le comte d'Hervilly* font leur jonction à Carnac et Auray avec les chouans de Puisaye* et Cadoudal*

30 juin 1795 (12 messidor An III)

Morbihan. Hoche* reprend Auray et bloque Chouans et émigrés sur la presqu'île de Quiberon; près de 15 000 personnes sont prises au piège.

1er juillet 1795 (13 messidor An III)
Paris. Tallien* est envoyé comme représentant en mission auprès de Hoche*.

3 juillet 1795 (15 messidor An III)

Quiberon. La division du comte d'Hervilly* s'empare du fort de Penthièvre.

7 juillet 1795 (19 messidor An III)
Siège de la presqu'île de Quiberon* par Hoche*.

8 juillet 1795 (20 messidor An III)

Paris. La Convention décrète que tous les ouvriers de 18 à 25 ans, employés dans les manufactures et ateliers de réparation d'armement, dans les aciéries, les forges, fonderies et usines de salpêtre, seront exempltés de réquisition militaire.

9 juillet 1795 (21 messidor An III)

Paris. La proposition faite par Rouzet devant la Convention d'accorder le droit de vote aux femmes est rejeté par Lanjuinais.

Avignon. Vengeance contre le tribunal d'Orange histoire

10 juillet 1795 (22 messidor An III)

Paris. Le Tribunal révolutionnaire renvoie Joseph Le Bon*, devant le tribunal criminel de la Somme.

12 juillet 1795 (24 messidor An III)
Paris. La Convention décide la création d'une armée de l'intérieur avec les forces de la 17° division et celles des départements de la Somme, de la Seine-Inférieure et de l'Eure. Cette armée sera chargée de veiller sera chargée de veiller à l'approvisionnement de la capitale et au maintien de l'ordre.

14 juillet 1795 (26 messidor An III)

Paris. La Marseillaise devien l'hymne national histoire

15 juillet 1795 (27 messidor An III)

Quiberon. La division de Sombreil débarque à son tour. Elle est formée d'éléments disparates, débris de l'armée de Condé passés en Angleterre et de prisonniers républicains prêts à déserter à la première occasion.

17 juillet 1795 (29 messidor An III)

Prise de Vitoria par Moncey* qui rejette l'armée espagnole au sud de l'Èbre.

18 juillet 1795 (30 messidor An III)

Morbihan. A la mort de Tinténiac, Georges Cadoudal* prend la tête des chouans bretons

19 juillet 1795 (1er thermidor An III)

Espagne. Poursuivant son avance, l'armée du général Moncey* s'empare de Bilbao après avoir conquis Vitoria le 17 et repoussé les Espagnols au-delà de l'Ebre.

21 juillet 1795 (3 thermidor An III)

Morbihan. Hoche* défait les défenseurs royalistes de Quiberon qui capitulent 748 d'entre eux seront fusillés. histoire

22 juillet 1795 (4 thermidor An III)

Bâle. La France signe un traité de paix avec l'Espagne qui, voyant son territoire envahi, se retire de la coalition. histoire

24 juillet 1795 (6 thermidor An III)

Paris. A la Convention Marie-Joseph Chénier* dénonce la Terreur blanche qui ravage Lyon et le midi de la France.

27 juillet 1795 (9 thermidor An III)

Célébration de la chute de Robespierre* : la Marseillaise et le Réveil du peuple sont joués.

28 juillet 1795 (10 thermidor An III)

Vannes. Exécution de l'ancien évêque de Dol, Mgr d'Hercé, et du comte de .Sombreuil* La commission militaire mise en place par Tallien* gracie habilement les chouans faits prisonniers à Quiberon, mais se montre impitoyable envers les émigrés arrêtés sous l'uniforme anglais: 748 d'entre eux seront fusillés

Paris. A l'Assemblée, Aubry propose d'accorder une amnistie aux nombreux soldats que la misère des armées a poussés à la désertion.

2 août 1795 (15 thermidor An III)

Vendée. Charette* réplique à l'exécution des émigrés capturés à Quibron en faisant massacrer trois cent prisonniers républicains à Belleville.

4 août 1795 (17 thermidor An III)

Paris. Le peintre David* passe en jugement et est libéré. histoire

5 août 1795 (18 thermidor An III)

Paris. Les Conventionnels suppriment les certificats de civisme.

9 août 1795 (22 thermidor An III)

Paris. La Convention décrète d'arrestation Fouché*. histoire

11 août 1795 (24 thermidor An III)

Paris. Les clés de Notre-Dame sont rendues au clergé constitutionnel, préfigurant le rétablissement du culte catholique dans la cathédrale.

13 août 1795 (26 thermidor An III)

Paris. Sous l'effet de la tentative d'invasion royaliste à Quiberon, l'Assemblée adopte une clause additionnelle au texte constitutionnel rappelant que les Français ayant abandonné la patrie depuis le 15 juillet 1789, et n'étant pas compris dans les exceptions faites aux lois contre les émigrés, ne pourront jamais rentrer en France.

14 août 1795 (27 thermidor An III)

Aix-en-Provence. Les compagnons du Soleil massacrent quize terroristes.

15 août 1795 (28 thermidor An III)

Paris. La Convention décide de crèer une nouvelle unité monétaire, le franc, dont la valeur est quasiment identique à la livre de l'Ancien Régime.

16 août 1795 (29 thermidor An III)

Paris. La Convention déclare non avenus "tous les jugements rendus révolutionnairement du 10 mars 1793 au 8 nivôse an III contre des personnes actuellement vivantes" refusant ainsi de revenir sur les condamnations à mort prononcèes sous la Terreur.

Première entrevue de Pichegru* avec les émissaires de Louis XVIII*

18 août 1795 (1er fructidor An III)

Nantes. Exaspèrés par le blocus que les chouans exercent autour de la ville, les Nantais, massacrent onze prisonniers.

22 août 1795 (5 fructidor An III)

Paris. La Convention adopte la Constitution de l'an III, et décide de les soumettre à la ratification populaire par référendum.

Paris. La Convention débatise le département de Paris qui devient celui de la Seine.

29 août 1795 (12 fructidor An III)

Paris. Le baron de Staël signe au nom de la Suède un traité de paix avec la france.

31 août 1795 (14 fructidor An III)

Paris. Bien que l'annexion de la Belquique n'ait pas été décidée, Le Comité de salut public approuve le découpage du pays en neuf départements.

5 septembre 1795 (19 fructidor An III)

Paris. La Convention décide de rendre à leurs héritiers les biens des prêtres réfractaires qui n'auraient pas été vendus.

6 septembre 1795 (20 fructidor An III)

Paris Référendum relatif à la Constitution histoire

9 septembre 1795 (23 fructidor An III)

Franche-Comté. A Blamont, la foule protège des déserteurs contre les gendarmes.

10 septembre 1795 (24 fructidor An III)

Paris. Gracchus Babeuf* est transféré à la prison du Plessis, où il rencontre d'autres opposants au régime, tel Philippe Buonarroti* et William Bodson, qui formeront les cadres de la future conjuration des Egaux.

13 septembre 1795 (27 fructidor An III)

Châteauneuf-en-Thymerais. Début d'une insurrection royaliste qui va s'étendre jusqu'à Dreux. Les rebelles envoient des émissaires à Paris pour obtenir le soutien des sections royalistes

16 septembre 1795 (30 fructidor An III)

Afrique australe. A la suite du renversement du gouvernement royal hollandais par la France et les Jacobins locaux, le stathouder Guillaume V* invite l'Angletaire à s'emparer du dommaine colonial néerlandais. Elle commance par celui du Cap.

17 septembre 1795 (1er jour complémentaire An III)

Êmeute de la faim à Chartres.
18 septembre 1795 (2° jour complémentaire An III)


19 septembre 1795 (3° jour complémentaire An III)


20 septembre 1795 (4° jour complémentaire An III)

Allemagne. Circonvenu par l'argent autrichien, Pichegru* préfère s'emparer de Mannheim plutôt que de se joindre à Jourdan*, compromettant ainsi le déroulement de la campagne.

21 septembre 1795 (5° jour complémentaire An III)


22 septembre 1795 (6° jour complémentaire An III)

An IV

23 septembre 1795 (1er vendémiaire An IV)

Paris. Proclamation des résultats du référendum sur la Constitution de l'an III histoire

24 septembre 1795 (2 vendémiaire An IV)

Agitation royaliste à Paris.

25 septembre 1795 (3 vendémiaire An IV)

Vendée. Le chevalier de Charette*, qui a réussi à rassembler 8 000 à 9 000 hommes, est écrasé par les républicains à Saint-Cyr.

28 septembre 1795 (6 vendémiaire An IV)

Avignon. A la suite d'une altercation avec des soldats, la garde nationale locale, en garde partie royaliste, se soulève et oblige le représentant Boursault et la garnison à quitter la ville.

30 septembre 1795 (8 vendémiaire An IV)

Vendée. Les Anglais s'emparent de l'île d'Yeu.

Vendée. Le général Grovely disperse les troupes de Charette* qui est contraint d'évacuer Belleville.

1er octobre 1795 (9 vendémiaire An IV)

Paris. Carnot* et Merlin de Douai* décident la Convention à voter l'annexion de la Blelgique. histoire

Paris Débat sur les effets de la Guillotine histoire

Avignon. Le représentant Boursault, à la tête de 11 000 hommes, réoccupe la ville, qui est placée en état de siège, et dissout la garde nationale et la municipalité.

4 octobre 1795 (12 vendémiaire An IV)

Agitation royaliste à Paris. Menou*, chargé de la réprimer, hésite

5 octobre 1795 (13 vendémiaire An IV)

Écrasement des contre-révolutionnaire royaliste à Paris. Menou* destitué par la Convention, c'est Bonaparte* sous les ordres de Barras* qui dirige la répression, notamment le mitraillage devant l'église Saint-Roch histoire

7 octobre 1795 (15 vendémiaire An IV)

Établissement de trois commissions militaires pour juger les insurgés.

11 octobre 1795 (19 vendémiaire An IV)

Création des cantons comme unités territoriales.

12 octobre 1795 (20 vendémiaire An IV)

Début des élections aux Conseils des Cinq-Cents et des Anciens

Réintégration dans l'armée des officier jacobins destitués.

13 octobre 1795 (21 vendémiaire An IV)

Paris. En reconnaissance de ses services pendant les journées de Vendéminaire, Napoléon Bonaparte* est fait général de division.

Décret de la Convention arrêtant les poursuites contre les Montagnards

16 octobre 1795 (24 vendémiaire An IV)

Amiens, Le spectaculaire procès de Le Bon*, le bourreau d'Arras. histoire

Décret ordonnant l'arrestation de Rovère* et de Saladin dénoncès comme royaliste par Tallien*

18 octobre 1795 (26 vendémiaire An IV)

Paris. Libération de Babeuf*

21 octobre 1795 (29 vendémiaire An IV)

Fin des élection aux Conseil des Cinq-Cents et des Anciens. 379 conventionnels réélus, les plus modérés, alors que le décret des deux tiers en exige 500.

22 octobre 1795 (30 vendémiaire An IV)

Paris. Devant la trés forte poussée des royalistes aux élections et le progrès de leurs menées insurectionnelles dans diverses régions de France, la Convention nomme un comité formé de Tallien*, Dubois-Cancé*, Florent-Guyot*, Prieur de la Marne*, et Pons de Verdun*, qui sera chargé de prendre les mesures de salut public qui s'imposent.

23 octobre 1795 (1er brumaire An IV)

Paris. Devant les accusations de Thibaudeau*, chef de file des républicains modérés à la Convention, qui soupçonne de fomenter un coup d'Etat, Tallien* renonce à ses projets.

Chute de l'assignat à 3% de sa valeur nominale, il y a vingt milliards d'assignats en circulation.

25 octobre 1795 (3 brumaire An IV)

Paris. La place de la Révolution est rebatisée place de la Concorde.

Derniers décret contre les émigrès et les prêtre réfractaires.

26 octobre 1795 (4 brumaire An IV)

Paris. La Convention vote une amnistie général "pour les faits proprement relatifs à la Révolution". En sont exclus les émigrés, les déportés, les accusés de Vendémiaire ainsi que les faussaires.

Nomination de Bonaparte* comme commandant en chef de l'armée de l'intérieur.

28 octobre 1795 (6 brumaire An IV)

741 députés siègent, dont 195 sont régicides. Ils se répartissent de gauche à droites, les chiffres étant approximatifs : 60 montagnards, 240 thermidoriens (Barras*, Tallien*), 140 républiquains modérés (Daumou*, Thibaudeau*), 70 royalistes modérés (Dupont de Nemours*), 90 contre-révolutionnaire, auquels il faut ajouter une centaine de députés indépendants, le Marais.. Les Cinq-Cents s'enstallent au Manège, leur président est Daunou, les Anciens occupent le local de la Convention. La Révellière-Lépeaux* est président.

Sainte. Barère* s'est évadé de sa prison histoire

31 octobre 1795 (9 brumaire An IV)

Paris. Les Conq-Cents élisent Reubell*, La Révellière-Lépeauxr*, Barras*, Letourneur de la Manche* et Sieyès* au Directoire exécutif. histoire

LE DIRECTOIRE

3 novenbre 1795 (12 brumaire An IV)

Le Directoire exécutif s'installe au Luxembourg, entre en fonction et constitue avec difficulté un premier ministère. *

4 novenbre 1795 (13 brumaire An IV)

Paris. La Convention les ayant inclus dans l'amnistie votée le 26 octobre, les officiers traduits devant le Tribunal révolutionnaire pour excés commis en Vendée sont libérés, à l'exception du général Turreau* qui réclame un jugement.

Ile-de-France. Port-de-la-montagne n'est plus, Un décret de l'Assemblée coloniale a mis fin ce matin a son existence. retrouve donc son nom, Port-Louis.

5 novenbre 1795 (14 brumaire An IV)

Paris. Sur proposition des Conq-Cents, les Anciens élisent Carnot* au Directoire en remplacement de Sieyès*

6 novenbre 1795 (15 brumaire An IV)

Marseille. Envoyé par la Convention au mois d'octobre, Fréron* arrive dans la ville où il est chargé d'arrêter les massacreurs royaliste. Il décide de destituer la municipalité et d'épurer les autorités départementales.

7 novembre 1795 (16 vendémiaire An IV)

Refus du ministère des Finances par Gaudin*

8 novenbre 1795 (17 brumaire An IV)

Ile-de-France. Le sans-culotte Michel Littré, étroitement surveillé depuis le mois d'août par l'Assemblée coloniale, est arrêté avec plusieurs autres membres de la Chaumière, le club jacobin local.

Un sixième ministère est créé celui des Finances il est confié à Faipoult*

14 novenbre 1795 (23 brumaire An IV)

Paris. La peine de mort toujours en débat histoire

16 novembre 1795 (25 brumaire An IV)

Création du club du Panthéon par le maratiste Lebois (actuel lycée Henry IV)

18 novenbre 1795 (27 brumaire An IV)

Tentative de débarquement du comte d'artois* à partir de l'île d'Yeu.

21 novenbre 1795 (30 brumaire An IV)

La garnison de Mannheim capitule sans avoir reçu d'aide de Pichegru*

23 novenbre 1795 (2 frimaire An IV)

Paris. Afin de résoudre le problème des désertions massives dans l'armée, le Directoire crée le poste d'agent militaire "pour lequel il choisira plus particulièrement des Montagnards".

25 novenbre 1795 (4 frimaire An IV)

Italie. La victoire de l'armée d'Italie, commandée par Schérer* à Loano, permet de repousser les Autrichiens au-delà des Apennins.

28 novenbre 1795 (7 frimaire An IV)

Vendée. Hoche* s'empare du camp de Charette.

30 novenbre 1795 (9 frimaire An IV)

Les traitements des fonctionnaires sont augmentés de 30 fois leur valeur de 1790

3 décembre 1795 (12 frimaire An IV)

Paris. Pour faire face à l'agitation républicaine, le Directoire crèe deux services destinés à serveiller l'opinion: un bureau d'examen des papiers publics, dirigé par lemoine, et un bureau particulier de surveillance de Paris - sorte de police secrète destinée à contrôler la police officielle - confieé à Leblanc.

5 décembre 1795 (14 frimaire An IV)

Décret d'arrestation contre Babeuf*, qui se cache

6 décembre 1795 (15 frimaire An IV)

Paris. Création d'un bureau central destiné à la surveillance et à la répression des moeurs.

Paris. Les rapports de police signalent la recomposition d'une opposition de gauche, au sein du club du Panthéon, qui regroupe plus de 2 000 membres. De même, d'anciens Robespierristes et Montagnards se regroupent autour d'Amar*

10 décembre 1795 (19 frimaire An IV)

Vote d'un emprunt forcé de six cents millions sur les contribuables les plus aisés. model

12 décembre 1795 (21 frimaire An IV)

Bretagne. Echec d'une rencontre entre Hoche* et les chefs vendéens Sapinaud*, Bévrier, et Stofflet*

17 décembre 1795 (26 frimaire An IV)

Bretagne. Abandonnée récemment par le comte d'Artois*, la flotte anglaise quitte l'île d'Yeu.

18 décembre 1795 (27 frimaire An IV)

Libération de Madame Royale* pour l'échagée contre des prisonniers républicains.

19 décembre 1795 (28 frimaire An IV)

Paris. Jugé par une commission militaire que préside le général Berruyer*, le général Turreau* est acquitté "comme ayant dignement accompli ses fonctions".

26 décembre 1795 (5 nivôse An IV)

Huningue. La fille de Louis XVI, Madame Royale*, est échangée contre les Comventionnels Camus*, Lamarque*, Maret*, Sémonville, Quinette* Drouet*, tous livrés aux Autrichiens, en avril 1793, par Dumouriez*.

28 décembre 1795 (7 nivôse An IV)

Vendée. Vaincu lors du Combat des Trois-Moulins, Charette* décide de se retirer dans les bois de Belleville.

31 décembre 1795 (10 nivôse An IV)

Armistice sur le Rhin entre Français et Autrichiens.

1789 1790 1791 1792 1793-An II 1794-An III 1795-An IV 1796-An V 1797-An VI 1798-An VII 1799-An VIII

Le 6/03/2002