CHRONOLOGIE DE LA REVOLUTION FRANCAISE

1789 1790 1791 1792 1793-An II 1794-An III 1795-An IV 1796-An V 1797-An VI 1798-An VII 1799-An VIII

1793

1 janvier 1793

La Convention crée un Comité de défense général.


3 janvier 1793

La municipalité de Paris, accusée d'usurpation de pouvoir, est demandée à la barre de la Convention.

4 janvier 1793

Discours de Barère à la Convention pour s'opposer à l'appel au peuple. Des pétitionnaires demandent que Marie-Antoinette soit aussi jugée.
5 janvier 1793

La municipalité de Paris se présente à l Convention. SA DECLARATION

Le directoire du département de la Haute-Loire déclare : les citoyens qui l'habitent sont prêts à marcher sur Paris pour imposer silence aux factieux qui "veulent opprimer la représentation nationales".


6 janvier 1793

Le département du Finistère dénonce à la Convention "les factieux qui dominent la ville de Paris".


7 janvier 1793

Les débat du procès de Louis XVI* sont clos; les opinions non prononcées seront imprimées.


11 janvier 1793

La Commune interdit la représentation de la pièce de Laya L'Ami des lois, dont les deux principaux personnages ont l'air de ressembler trop à Robespierre* et à Marat*.

Manifestation à Rouen en faveur de Louis XVI*: 23 arrestations.

12 janvier 1793

La pièce : l'Ami des lois présentée au théâtre de la Nation (Comédie-Française) sucite des manifestations pour et contre le roi.

13 janvier 1793

A Rome l'ambassadeur, M de Bassville* , est assassiné par des adversaire de la Révolution. Le lendemain, les juifs romains sont pris à partie par la foule romaine comme complices de la Révolution française.


14 janvier 1793

La Convention reprend l'examen du procès de Louis XVI*


15 janvier 1793

La Convention déclare, par 693 voix, Louis Capet* coupable de Conspiration contre la liberté publique et décide que le jugement à rendre contre lui ne sera pas soumis à la sanction du peuple.

La Convention comptait 749 membres. Lors du scrutin, il eut 20 absents par commission, 8 par maladie, 1 sans motif connu, 27 ayant fait des déclarations diverses.

Elle déclara ensuite, par 424 voix contre 287 que le jugement qui sera rendu sur Louis Capet* ne sera pas soumis à la ratification du peuple réuni dans ses assemblées primaires.


16 janvier 1793

A six heures et demie du soir commence l'appel nominal (le troisième après les deux qui eurent lieu le jour précédent) sur la question : Quelle peine infligera-t-on à Louis Capet?


17 janvier 1793

A sept heures du soir, l'appel nominal est terminé. A neuf heures du soir, le président Vergniaud* déclare que "la peine que la Convention nationale prononce contre Louis Capet* est celle de la Mort". La séance est levée à dix heures et demie du soir. la mort


18 janvier 1793

Sur la réclamation de plusieurs de ses membres la Convention procède à un scrutin de contrôle.


Résultat du scrutin :

Mort sans condition.......................387

Détention ou mort avec sursis.........334

Absents ou non-votants...................28


19 janvier 1793

Par 380 voix contre 310, la Convention décide qu'il ne sera point sursis à l'exécution du jugement de mort rendu contre Louis Capet*, dernier roi des Français.


20 janvier 1793

A deux heures de l'après-midi, le ministre de la Justice, Garat*, notifie à Louis XVI* le décret de la Convention. A cinq heures de l'après-midi, le conventionnel Le Peletier* de Saint-Fargeau est assassiné. histoire

A trois heures du matin, après avoir décrété que le jugement sera notifié à Louis Capet* dans le jour et que l'exécution en sera assurée dans les vingt-quatre heures, la Convention lève la séance. sursis
21 janvier 1793

A dix heures vingt minutes du matin, Louis XVI* est mis à Mort. l'exécution


23 janvier 1793

Roland* donne sa démission. histoire


24 janvier 1793

Le roi d'Angleterre ordonne au ministre de la République française de quitter ses États. histoire

Funérailles grandioses pour Le Peletier de Sant-Fargeau* , assassiné le 20 janvier pour avoir voté la mort du roi


25 janvier 1793

La Convention décrète que, pour l'année 1793, l'armée comptera 502.800 soldats.


27 janvier 1793

L'arbre de la Fraternité est planté sur la place du Carousel. La fête tourne a la ralfe histoire
31 janvier 1793

Le comté de Nice devint le quatre-vingt-cinquième département sous la dénomination d'Alpes-Maritimes.

Le pays de Liège formera le département de l'Ourthe.

Paris. La Convention décide d'autoriser les armateurs et capitaine à armer des navires corsaires.

1 février 1793

La Convention déclare la guerre au roi d'Angleterre et au stathouder de Hollande

Emission de huit cents millions d'assignats*

4 février 1793

A la suite d'attaques de Dumouriez* et Custine*, le ministre de la Guerre Pache* est remplacé par le général Beuronville*.

5 février 1793

Lyon, le conseil général fait procéder à des visites domiciliaires : 150 suspects sont arrêtés.

6 février 1793

Violentes manifestations des Jacobins de Lyon, animées par Joseph Chalier*

7 février 1793

Le Conseil général de la commune est autorisé à imposer une contribution de quatre millions sur les habitants de Paris.

12 février 1793

Paris, Une délégation des quarante-huit sections lit à la Convention une pétition en faveur de l'établissement d'une loi sur les subsistances rédigée par Jacques Roux* histoire

14 février 1793

La principauté de Monaco est réunie à la France. histoire

15 février 1793

Condorcet* propose un projet de Constitution dont le débat est reporté.

17 février 1793

Belgique. L'armée de Dumouriez* pénètre en Hollande.

18 février 1793

Sardaigne. Tentative infructueuse de débarquement d'une armée française avec Napoléon Bonaparte*.

Lyon. La réélection de Nivière-Chol à la mairie déclenche une violente émeute royaliste. histoire

21 La Convention vote le décret d'organisation des demi-brigades.

24 février 1793

La Convention décrète la levée de 300.000 hommes histoire

Paris, Des Parisiennes s'emparent de deux bateaux chargés de savon qui est distribué à bas prix.

25 février 1793

Les épiceries sont envahies par le peuple qui taxe arbitrairement les marchandises.

Ille-et-Vilaine. Les administrateurs du district de Bains signalent que la levée en masse risque de provoquer une insurrection.

Philadelphie. Le président Washington décide le remboursement progressif de la dette américaine à la France.

26 février 1793

Paris. Une émeute éclate dans le quartier des Halles où des femmes se livrent au pillage des épiceries. histoire

27 février 1793

Le procureur de la commune, Chaumette*, à la tête d'une députation du conseil général, vient exposer à la Convention les doléances des pauvre TEXTE

28 fevrier 1793

La Convention décrète : "tout citoyen absent de son domicile et non muni de passeport postérieur au mois d'août dernier sera tenu de se présenter dans les vingt-quatre heures qui suivront la présente proclamation devant l'officier de l'état civil pour y faire prendre son signalement et y déclarer son nom, son âge, sa profession et sa demeure".

1 mars 1793

Décret de la Convention définissant la qualité d'émigré. SONT REPUTE EMIGRES

2 mars 1793

Le comté de Hainaut devient département de Jemmapes.

La principauté de Salm est réunie au département des Vosges.

3 mars 1793

La ville de Bruge est réunie au territoire français.

A la Convention Barbaroux* dénonce la gabegie qui règne au Comité de sûreté général SA DÉCLARATION

4 mars 1793

Cholet, Le tirage au sort des conscrits tourne à l'émeute

Un décret de la Convention déclare nuls tous les traités d'alliance ou de commerce existant l'ancien gouvernement français et les puissances avec lesquelles la République est en guerre.

7 mars 1793

La Convention déclare la guerre au roi d'Épargne.

8 mars 1793

Danton* et Lacroix, commissaires près l'armée de la Belgique, font part à la Convention de la déroute honteuse des troupes françaises et accusent les généraux de n'avoir pas fait leur devoir.

9 mars 1793

La Convention crée les représentants en mission pour susciter les ardeurs patriotiques et faciliter les enrôlements . histoire

10 mars 1793

Création, sur les instances de Danton*, d'un Tribunal criminel extraordinaire, qui recevra par la suite la dénomination de révolutionnaire. Dont Fouquier-Tinville* est l'accusateur public. histoire

11 mars 1793

Les Vendéens s'emparent de Machecoul et massacrent les républicains. histoire

12 mars 1793

Les Vendéens s'emparent de Saint-Florent et de Tiffauges.

13 mars 1793

Les Vendéens s'emparent de Saint-Fulgent, de Beaupréau, de Montaigu et de Mortagne.

14 mars 1793

Les Vendéens occupent Jallais, Chemillé, Challans, St-Gilles-sur-Vie et La Roche-sur-Yon.

Morbihan, Des paysans insurgés assiègent Vannes

La Convention déclare réunies à la France trente-deux communes des bords du Rhin.


15 mars 1793

A la tête de Quinze mille Vendéens, Nicolas Stofflet* et Jacques Cathelineau* s'emparent de la ville de Chollet

Clisson et La Roche-Bernard se rendent aux Vendéens.

16 mars 1793

Pontivy. La ville est attaquée par des bandes de paysans.

Orléans le représentant en mission Léonard Bourdon est blessé à coups de baïonnettes par de jeunes gens refusant l'enrôlement.

17 mars 1793

La Convention s'occupe enfin des troubles de la Vendée.

Parcé. Un attroupement de deux mille hommes armées est dispersé par la garde nationale, à 8 km à l'ouest de rennes.

18 mars 1793

Ille-et-Vilaine. Après Redon le 17, Fougères subit le siège de paysans révoltés.

La défaite de Neerwinden. les troupes française évacuent la Belgique.

La Convention décrète la peine de mort contre quiconque proposera une loi ou toute autre subversive des propriétés territoriales, commerciales et industrielles.

19 mars 1793

La convention décrète la peine de mort pour tous les rebelles pris les armes à la main.

20 mars 1793

Fougères. La garde nationale passe à la contre-offensive; des détachements sillonnent la campagne à la recherche des insurgés.

Lyon Création à Perrache d'une fonderie de Canons.

21 mars 1793

Décret de la Convention portant la création de comités de surveillance dans chaque commune et chaque section.  TEXTE.

23 mars 1793

La convention décrète l'annexion de l'ex-évêché de Bâle, la république de Raurarcie

Côtes-du-Nord. A Bréhan les paysans d'une quinzaine de paroisses avec à leur tête De Boishardy* marchent sur Saint-Brieuc.

La Convention décrète l'incorporation du pays de Porrentruy sous le nom de Mont-Terrible. histoire

L'Angleterre et la Russie signent un traité d'alliance contre la République française.

Dumouriez* entre en rapports avec le duc de Saxe Cobourg, qui l'avait battu à Neerwinden et lui expose son projet de dissoudre la Convention et de rétablir la royauté.

25 mars 1793

Renne, la guillotine est installée en permanence place du Palais.

Hainaut. Dumouriez* rencontre à Ath le Colonel autrichien Mack* et lui propose de marcher sur Paris

26 mars 1793

Le Comité de défense de la Convention, renouvelé, prend le nom de Comité de Salut public.

composition : Dubois-Grancé*, Pétion*, Gensonné*, Guyton-Morveau*, Robespierre*, Barbaroux*, Ruhl*, Vergniaud*, Fabre d'Eglantine*, Buzot*, Delmas*, Guadet*, Condorcet*, Bréard*, Camus*, Prieur de la Marne*, Camille Desmoulins*, Barère*, Quinette*, De Bry*, Cambacérès*, Danton*, Sieyès*, Lasource*, Isnard*.

28 mars 1793

Dumouriez* annonce qu'il se net en marche sur Paris pour renverser le gouvernement révolutionnaire. PAROLES

Décret fixant le status des émigrés. histoire.

29 mars 1793

Dumouriez* écrit au ministre de la Fuerre, Boeurnonville. TEXTE.

Le nouveau Comité de salut public décide d'envoyer à l'armée quatre commissaires, avec le ministre de la guerre, pour destituer Dumouriez* et le mettre en arrestation.

31 mars 1793

Chaumette* vient à la tête du Conseil général demander à la Convention la peine de mort pour Dumouriez*.

Lyon. La création du club des Jacobins qui succède au club central du "Concert" provoque des scission au sein des sociétés populaire dominées par les modérés.

1 avril 1793

Dumouriez* fait arrêter les commissaires de la Convention et les livres au Autrichiens.

Les membres de la Convention font le serment de donner la mort à celui qui tenterait de devenir roi ou dictateur.

Au Palais-Royal, la foule parle de couper la tête aux accaparateur et marcher sur la Convention pour exiger la taxation des denrées.

3 avril 1793

Dumouriez*, passé à l'ennemi, est déclaré hors la loi.

La Convention décrète l'arrestation de toute personne circulant sans cocarde* dans la rue.

4 avril 1793

Paris. Le colonel jean Baptiste Noël Bouchotte* est nommé ministre de la guerre, en remplacement de Beurnonville*, prisonnier des Autrichiens.

Vendée. Les chefs des rebelles Vendéens, réunis au camp des Quatre-chemeins-de-l'Oie, forment un conseil de l'armée catholique et royale.

N'ayant pu décider ses troupes à marcher sur Paris, le général Dumouriez* passe au Autrichiens, accompagné de son état-major et de Louis-Philippe d'Orléans*. trahison

5 avril 1793

La Convention décrète la création d'une armée révolutionnaire.

Élu président du club des Jacobins*, Marat* signe une circulaire demandant l'arrestation des contre-révolutionnaire et des suspects ainsi que la destitution des députés girondins*.

6 avril 1793

La Convention décide de réduire le comité de salut public à neuf membres, renouvelables chaque mois. histoire

7 avril 1793

Philippe Egalité* et ses amis sous les verrous histoire

8 avril 1793

La section de Bon-Conseil vient demander à la Convention un décret d'accusation contre les députés girondins*, complice présumés de Dumouriez*.

9 avril 1793

Lyon. Après les sections, c'est le tour du club des Jacobins* de demander la création d'une armée révolutionnaire.

10 avril 1793

Séance d'une grande violence à la Convention, les injures pleuvent de toutes part. Robespierre* se fait accusateur des députés girondins* à la Convention (Brissot*, Guadet*, et Vergniaud*)

11 avril 1793

La Convention interdit la vente du numéraire sous peine de six années de fers applicables aux acheteurs comme aux vendeurs. Toutes les transactions doivent être faites désormais en assignats.

Paris. Les neuf premiers membres du Comité de salut public sont nommés? Il s'agit de : Danton*, Barère*, Cambon*, Debry*, Delmas*, Bréard, Guyton-Morveau*, Delacroix* et Treilhard*).

12 avril 1793

Le Girondin Guadet* demande l'arrestation de Marat* , qui est obtenue le lendemain par un vote positif de 226 voix. Marat passe dans la clandestinité.

13 avril 1793

Vendée. Le jeune chef Vendéens Henri de La Rochejaquelein* défait les troupes républicaines aux Aubiers.

14 avril 1793

Antilles. Les Anglais s'emparent de l'île de Tabago sans rencontrer de résistance.

15 avril 1793

Paris. Le maire de la capitale, Pache*, vient réclamer au nom de la majorité des sections parisiennes la destitution de 22 députés girondins.

18 avril 1793

Paris. les représentants de la Commune et des municipalités rurales réuni, Lullier paraissent à la barre de la Convention pour demander qu"elle fixe le maximum du prix des grains dans toute l'étendu de la République, la suppression de tout intermédiaire entre le cultivateur et le consommateur et le recensement général de toutes les récoltes après moisson.

20 avril 1793

Perpignan. Les troupes espagnoles assiègent la ville. histoire

21 avril 1793

Marat* est envoyé au Tribunal révolutionnaire.

22 avril 1793

Machecoul. Reprise de la ville par les troupes du général Beysser*. Le chef Vendée Souchu responsable du massacre des prisonniers républicains, y est décapité à coups de hache. histoire

Etat-Unis. Le gouvernement American proclame sa neutralité dans la guerre européenne.

23 avril 1793

Ordre d'embarquer sans délai les prêtre insermentés pour la Guyane. histoire

24 avril 1793

Marat* est absous et ramené en triomphe par les sans-culotte à la Convention ou il reprend sa place histoire

Ile de France. L'assemblée coloniale autorise les municipalités à fixer le prix de la viande afin d'enrayer la spéculation.

27 avril 1793

Vendée. Le capitaine de vaisseau Villaret de Joyeuse reprend l'île de Noirmoutier aux Vendéens.

29 avril 1793

Marseilles. Création d'un comité anti montagnard par les sections de la ville.

30 avril 1793

La Convention décrète la création de onze armées et des représentants en mission auprès de ces armées histoire

La Convention congédie toutes les femmes des armées. histoire

Legé. Deuxième échec des armée républicaines devant la ville, quartier général de Charette*.

1 mai 1793

Le faubourg Saint-Antoine demande que toutes les troupes soldées se trouvant à Paris partent sur le champ pour combattre les rebelle de la Vendée (12 000 homme)

2 / 3 mai 1793

Bressuire. La Rochejaquelein* s'empare de la ville. A cette date l'armée Vendéenne regroupe plus de 22 000 hommes.

4 mai 1793
La Convention sous la pression populaire décrète le maximum du prix des grains. histoire

5 mai 1793

Vendée à Thouars. Les républicains subissent une lourde défaite ; la ville se rend aux royalistes, Le général Quetineau se rend avec 4 000 homme
Paris. Des jeunes gens manifestent aux Champs-Elysées contre l'enrôlement. Déjà la veille, des trouble ont eu lieu.

8 mai 1793

Robespierre demande à la Convention de crée une armée populaire "pour imposer aux modérés" et de faire arrêter les suspects.

10 mai 1793

La Convention quitte le Manège et va s'installer à la salle des Machines des Tuileries

Paris. Claire Lacombe* fonde un club de femmes, la Société des républicaines révolutionnaires, qui défendra des thèses proches de celles des Enragés. histoire

14 mai 1793

Lyon. La municipalité ordonne le désarmement de tous les citoyens et décide de former une armée révolutionnaire de 6 400 hommes, qui sera entretenue grâce à un emprunt forcé sur les riches.

18 mai 1793

Les Vendéens sont stoppés devant >Fontenay.

18 mai 1793

La Convention crée une commission de douze membres chargée d'examiner tous les arrêtés pris par la Commune et la municipalité de Paris depuis un mois.

20 mai 1793

La Convention décrète un emprunt forcé de un milliard sur tous le citoyens fortunés.

Sont élus les membres de la commission des Douze, tous girondins.

22 mai 1793

Brissot* répond aux attaques en écrivant : "Brissot à ses commettants" où il demande la fermeture du club des Jacobins et la révocation de la Commune de Paris

24 mai 1793

La Commission des Douze fait arrêter Hébert*, ainsi que Varlet*, un des chefs des Enragés.

25 mai 1793

Vendée. Prise de Fontenay par l'armée catholique et royale. Désormais, seules les villes de Nantes et des Sables-d'Olonne sont encore aux mains des républicains. histoire

26 mai 1793

Paris. Au club des Jacobins. Marat* appel à l'insurrection contre les Girondins.

La Corse se révolte contre la Convention.

Valenciennes est investie par l'armée Anglo-hollandaise.

27 mai 1793

Paris. A la Convention, Marat* réclame la cassation de la commission des douze. Les Girondins quittent alors la salle, laissant les montagnard voter la suppression de la Commission des Douze, et la libération d'Hébert*.

28 mai 1793

Le Comission de Douze est rétablie par appel nominal, à la majorité de vingt voix. Hébert* attaque la commission des douze aux Jacobins TEXTE.

29 mai 1793

Trente-trois section forment un comité insurrectionnel. La bourgeoisie mayonnaise se déclare en révolte contre "Les oppresseurs de la Convention"

Le directoire du département de côte-d'Or lance un appel aux départements pour défendre la Convention contre la commune de Paris.

30 mai 1793

Paris. Un comité central révolutionnaire de la Commune de Paris, réuni à l'évêché, prépare une insurrection contre la Convention.

31 mai 1793

Journée insurrectionnel à Paris histoire

1 juin 1793

Mme Roland* est arrêtée. L'insurrection se prépare.

2 juin 1793

Le comité insurrectionnel ordonne à Hanriot* d'encercler la Convention et y dépêche une délégation munie de la motion, à 17 heures, Hérault de Sechelles* demande à Hanriot de faire évacuer ses troupes, celui-ci répond : "canonnier, à vos pièces" le soir l'arrestartion de 29 députés Girondins et décidée
3 juin 1793

La Convention décrète le renouvellement de tous ses comités, sauf celui de salut public.

La Convention décrète que les enfants naturels seront admis à la succession.(sous l'Ancien Régime les bâtards ne pouvaient succéder)

Vergniaud s'en renet à ses juges histoire

4 juin 1793

Un décret de la Convention prononce la peine de deux ans de fers contre quiconque dégraderait les monuments d'art dépendant des propriétés nationales.photo

5 juin 1793

L'Assemblée autorise par décret le partage des biens communaux, à l'exception des forêts, chemins et immeubles.

France. Le coup de force du 2 juin déclenche une série de révoltes ouvertes contre la Convention: Marseilles, Nîmes et Toulouse s'insurgent.

7 juin 1793

La Convention décrète Buzot* d'accusation, suspend les administrateurs de l'Eure qu"elle convoque à sa barre, et prive Evreux du siège du district et du département qu'elle attribue respectivement à Vernon et Bernay.

Désormais, tous les tribunaux criminels pourront prononcer des peines de déportation, à l'instar de celui de Paris.

8 juin 1793

Les Bordelais maltraitent les représentants en mission qui se trouvent dans leur ville et annoncent l'envoi d'une force armée pour délivrer la Convention des tyrans qui l'oppriment.

9 juin 1793

L'Angleterre déclare le blocus des ports français

Les Royaliste s'empare de la ville de Saumur. histoire
Martinique. Le général Rochambeau* défait au Gros-Morne les troupes royaliste et s'empare de toute leur artillerie.

10 juin 1793
La Convention décrète la fondation du Muséum d'histoire naturelle (avant Le Jardin du Roi).

Saumur. Au cours d'une réunion des chefs Vendéens, Stofflet* propose de marcher sur Paris.

Port-Louis. Les premiers corsaire de l'île de France prennent la mer afin de participer à la guerre contre les flottes anglaise et hollandaise, à la suite d'une décision du gouverneur des Mascareingnes, le comte de Malartic.

12 juin 1793

Albi. Réunies en assemblée générale, les sections protestent contre l'élimination des Girondins.

Saumur. Les chefs Vendéens élisent le voiturier Jacques Cathelineau* général en chef de l'armée catholique et royale. histoire

15 juin 1793

Paris. La section des Droits-de-l'Homme demande l'instauration d'une taxation générale et le vote d'une loi contre les accaparateurs.

Paris. Le club des Cordeliers* demande à la Convention une prompte organisation de l'armée révolutionnaire de l'intérieur.

16 juin 1793

Wissembourg. Le général Alexandre de Beauharnais*, sollicité pour remplacer le colonel Bouchotte*, refuse le ministère de la guerre.

17 juin 1793

La convention décide la fermeture provisoire des Bourses de commerce.

18 juin 1793
Maine-et-Loire. Les Vendéens commandés par d'Elbée* et Stofflet* s'emparent d'Angers, où ils délivrent le prince de Talmont* qui prend le commandement de la cavalerie Vendéens.

Paris. Exécution, place de la Révolution, de douze membres de la conjuration bretonne que dirigeait le marquis de la Rouërie*.

20 juin 1793

Paris, Les Cordeliers, sous l'impulsion de Jacques Roux* et des Enragés, lancent une campagne de protestation contre la pénurie et l'accaparement.

Saint-Dominique. La ville du Cap est détruite après une tentative de soulèvement royaliste. histoire

21 juin 1793

Paris La Convention ordonne à Kellermann* de marcher contre Lyon

Haute-Marne. L'industrie sidérurgique locale est requise pour fournir l'armée en fusils.

Publication de l'acte constitutionnel qui sera connu sous le nom de Constitution de 1793.

22 juin 1793

Paris. Échec du complot du barron de Batz*, qui visait à faire évader Marie-Antoinette du Temple.

23 juin 1793

La loi martiale votée par l'Assemblée constituante en octobre 1789 est abrogée à la demande de la Commune.

24 juin 1793

Paris. La Constitution de 1793, dite de l'an I, est adoptée par la Convention

Les députés proscrits, gardés à vue dans leurs demeures particulières, sont transférés en prison.

Nantes. Les commandants de l'armée catholique et royale envoient au maire Baco de la Chapelle une sommation de rendre la ville; sinon, ils massacreront la garnison.

Drôme. Sous l'impulsion du Jacobin Joseph Payan*, les représentants de 48 sociétés populaire du Sud-Est se réunissent à Valence pour organiser la résistance face à l'offensive des Fédérés de Marseilles et Nîmes.

Indes. Une escadre anglaise fait le blocus du port de Pondichéry.

25 juin 1793

Afin de soustraire Avignon à l'influence de Marseilles, la Convention crée d'un quatre-vingt-septième département : celui de Vaucluse. histoire

26 juin 1793

Le prêtre Jacques Roux* vient demander à la Convention la peine de mort contre les agioteur et les accapareurs.

Paris. Au port Saint-Nicolas, le peuple pille des bateaux chargés, de savon les troubles vont durer trois jours.

27 juin 1793

La Convention vote une loi prévoyant la possibilité pour ceux qui ont été condamnés aux fers ou au bagne à perpétuité avant la Révolution de se faire juger à nouveau.

28 juin 1793

Paris. Aux Jacobins, Robespierre* attaque violemment Jacques Roux* et les Enragés, les accusant de faire le jeu des ennemis de la Révolution.

Paris. L'assemblée décrète qu'il sera établi dans chaque district une maison pour accueillir les filles enceintes et sans soutien, qui pourront y demeurer jusqu'à leur couche.

28 juin 1793

Bordeaux. Le directoire du département invite les représentants en mission Treilhard* et Mathieu à quitter la ville au plus vite.

29 juin 1793

Loire-Inférieure. Quelque 40 000 Vendéens tentent de s'emparer de Nantes qui résiste victorieusement. Sans accès à la mer, La rébellion Vendéene est désormais condamnée à une lente asphyxie.

Un décret prononce la peine de mort contre tout individu qui ferait circuler dans les départements une constitution autre que celle adoptée par la Convention.

30 juin 1793

Saumur. Le général Menou* reprend la ville, désertée par les paysans royalistes rentrés chez eux pour la moisson.

Paris. Robespierre*, Hébert*, et Collot d'herbois* se rendent aux Cordeliers* et obtiennent l'exclusion de Jacques Roux* et de Leclerc*, ainsi que la suspension de Varlet*.

1 juillet 1793

La bourgeoisie lyonnaise installe une Commission républicaine et populaire de salut public.

Paris. La Convention dissout l'assemblée primaire corse et divise l'île en deux département, le Golo et le Liamone

3 juillet 1793

L'armée républicaine s'empare de Châtillon, devenu la capitale royaliste.

Paris. Sur ordre du Comité de salut public, le fils de Louis XVI est confié à la garde du savetier Simon, histoire

4 juillet 1793

L'Assemblé confie les pleins pouvoirs à Robert Lindet* pour réprimer l'insurrection fédéraliste de l'Eure.

5 juillet 1793

Les royalistes reprennent Châtillon

7 juillet 1793

Avignon. Les Fédérés des Bouches-du-Rhône s'emparent de la ville.

8 juillet 1793

Les députés qui se sont soustraits par la fuite au mandat d'arrêt lancé contre eux le 2 juin sont déclarés traîtres à la patrie.

10 juillet 1793

Danton est éliminé du Comité de salut public lors du renouvellement du Comité. histoire

Nord. Le général Custine* ne peut empêcher les coalisés de s'emparer de Condé-sur-l'Escaut.

11 juillet 1793

Charlotte Corday* arrive à Paris

Avignon. De nombreux Juifs quittent la ville occupée par le fédéraliste des Bouche-du-Rhône.

12 juillet 1793

Nantes. Le général Beysser* commandant de la place, est suspendu de ses fonction par les représentants du peuple Gillet* et Merlin* pour avoir fait élargir des prisonniers détenus sans raison à son sens.

Toulon. A son tour, la ville se rebelle contre la République.

La Convention sur le rapport de Couthon*, rend le décret relatif à la répression de la rébellion lyonnaise. TEXTE

13 juillet 1793

Charlotte Corday* assassine Marat* histoire
Pacy-sur Eure. La petite armée des Fédérés girondins est mise en déroute. histoire

14 juillet 1793

Saint-Florent. Mort de chef de l'armée catholique et royale, Jacques Cathelineau*, des suite d'une blessure reçue au siège de Nantes. histoire

16 juillet 1793

Lyon. Exécution du chef des Jacobins lyonnais, Josephe Marie Charlier*. histoire

Paris. Obsèques de Marat à l'église des Cordeliers. Son coeur est suspendu aux voûtes de l'église.

17 juillet 1793

Paris. Charlotte Corday* est guillotinée place de la Révolution. histoire

Un décret de la Convention supprime sans indemnité toutes les redevances ci-devant seigneuriales et droits féodaux.

Paris. Pascal Paoli* est déclaré traître à la République française.

18 juillet 1793

Maine-et-Loire. Les Vendéens battent l'armée révolutionnaire, commandée par Santerre*, à Vihiers.

19 juillet 1793

La Convention ordonne la déportation des évêques qui apporteront quelque obstacle au mariage des prêtre.

Vendée. Maurice Gigost d'Elbée* est nommé généralissime de l'armée catholique et royale; Stofflet* lui est adjoint comme major général.

Décret d'accusation contre les administrateurs rebelles du Finistère; le chef-lieu du département est transféré de Quimper à Landerneau.

22 juillet 1793

Sarre. La ville de Sarrelouis est rebaptiser Sarre-Libre.

Paris. Rappelé dans la capitale par la Convention, le commandant de l'armée du Nord, Custine*, est arrêté malgré l'opposition de Danton*.

23 juillet 1793

Mayence se rend aux Prussiens. histoire

25 juillet 1793

Établissement d'une liste générale des émigrés.

26 juillet 1793

Décret sur les accaparement. l'accaparement est crime capital. Sont déclarés coupables d'accaparement et punis de mort ceux qui dérobent à la circulation des marchandises ou denrées de première nécessité. histoire

Ordre d'établir des lignes télégraphiques sur les principaux points de la République. La convention accorde à Chappe* le titre d'ingénieur télégraphe.

Vendée. Mort du chevalier Sapinaud*, chef des Vendéens pour la région de Fontenay, au cours d'un engagement avec les troupes républicaines au Pont-Charrault.
27 juillet 1793

Paris. Membre de la commission coloniale l'abbé Grégoire* obtient la subvention annuelle de 2 500 000 francs, allouée à la traite des Noirs.

Robespierre* entre au Comité de salut public en remplacement de Gasparin*.

Evreux. Le Girondin Buzot* est brûlée en effigie histoire

28 juillet 1793

Valenciennes se rend aux Anglais. après 43 jours de bonbardements anglo-autrichiens

29 juillet 1793

La Convention charge son Comité de législation de rédiger sans désemparer le décret d'accusation contre les députés détenus.

Le capitaine Napoléon Bonaparte* écrit le Souper de Beaucaire, ouvrage très jacobin.

30 juillet 1793

Luçon. Les Vendéens lancent un premier assaut contre la ville.

31 juillet 1793

Cambon* fait décréter la démonétisation des assignats à face royale au-dessus de cent livres.

Décret relatif à la nouvelle organisation du tribunal révolutionnaire. le nombre des juges est porté à dix, celui des jurés à trente.

Paris. Le ministère de la Guerre transforme le couvent du Val-de-Grace en hôpital militaire.

1 août 1793

Paris. Entrée en vigueur du nouveau système des poids et mesures, fondé sur la division décimale. histoire

La Convention ordonne que les tombeaux des ci-devant rois à Saint-Denis soient détruits le 10 août prochain.

Elle ordonne l'arrestation immédiate de tous les sujets des pays avec lesquels la République est en guerre, non domiciliés en France avant le 14 juillet 1789.

Tous Français qui placeraient des fonds dans les banques des pays avec lesquels la République est en guerre sont déclarés traître à la patrie

Tout Français convaincu d'avoir refusé en paiement des assignats, de les avoir reçus ou donnés à un prix inférieur à la valeur doit être condamné à six mois de prison et à une amende de 3.000 livres; s'il récidive, il sera condamné à vingt ans de fer et 6.000 livres d'amende.

2 août 1793

Marie-Antoinette* sa fille* et de Mme Elisabeth* sont transférées à la Conciergerie. histoire

3 août 1793

La Convention décrète que le métal des cloches servira à la fabrication des canons.

4 août 1793

Les Espagnols occupent Villefranche.

5 août 1793

Maine-et-Loire. Le général et ex-ouvrier joaillier Jean Antoine Rossignol* bat les Vendéens devant Saumur.

6 août 1793

Kellermann* marche sur Lyon avec 20.000 hommes pour réprimer l'insurrection de Lyon.

7 août 1793

La Convention, sur proposition de Robespierre*, prononce la peine de mort contre les membres des fausse patrouilles et contre les hommes déguisés en femmes.

8 août 1793

Saint-Denis. Destruction des tombes royales. histoire

Sur proposition de l'évêque constitutionnel Gégoire*, la Convention supprime les académies.

9 août 1793

Paris. Barère* fait coter le décret instituant des greniers d'abondance dans chaque district et la construction de fours public.

10 août 1793

La fête de l'unité et de l'indivisibilité de la République est célébrée au Champs-de-Mars.

11 août 1793

Une loi ordonne à chaque commune de procéder au recensement de sa population.

13 août 1793

Bataille de Luçon : première grande défaite de l'armée catholique et royal.

14 août 1793

Défaite des Vendéens devant Luçon

Le Comité de salut public fait entrer en son sein deux techniciens: les officiers du génie Lazare Carnot* et Claude Antoine Prieur-Duvernois* histoire

15 août 1793

Besançon. La disette de pain déclenche de violentes émeutes.

16 août 1793

Décret ordonnant le recensement général des grains de la dernière récolte. Tout citoyen qui sera convaincu d'avoir fait une fausse déclaration sera puni de dix années de fers et ses grains confisqués, à savoir un quart au profit du dénonciateur et le reste au profit de la République.

19 août 1793

Las directoires de département sont autorisés à fixer le maximum du prix des bois de chauffage et du charbon.

20 août 1793

Paré remplace Garat* , démissionnaire, comme ministre de l'Interieur.

Cluse, en Savoie, est prise par les Sardes.

21 août 1793

Levée en masse : deux millions de Français sont appelés sous les armes.

22 août 1793

Lyon. Début du bombardement général de la ville par l'artillerie républicaine.

Gironde. Les partisans de la Convention quittent Bordeaux et se réfugient à Réole, transformée en camp retranché. histoire

23 août 1793

La Convention décrète : "tous les Français sont en réquisition permanente pour le service des armées jusqu'au moment où les ennemis seront chassés du territoire de la République". histoire

24 août 1793

Lyon. L'explosion de l'arsenal, due au bombardement de la ville, déclenche un gigantesque incendie.

Paris. Proposé par Cambon* dès le 15, la Convention établit le grand livre de dette publique où seront portés les noms de tous les créanciers de la République.

25 août 1793

L'armée républicaine du général Jean François Carteaux* s'empare de Marseilles,alors qu'elle être livrée aux Anglais par les royalistes.

Saint-Emilion. L'ancien maire de Paris, Jérôme Pétion*, trouve refuge chez le peruquier Troquart.

Versailles. La vente aux enchère du mobilier du château commence. Un an sera nécessaire pour vendre les vingt mille lots. histoire

27 août 1793

Charleville. Départ pour Paris de 1 200 ouvriers de la manufacture d'arme de Maubeuge réfugiés à Charleville, en vue d'être affectés à la réparation des fusils endommagés.

28 août 1793

Toulon se livre aux Anglais histoire

Paris. Le Tribunal révolutionnaire condamne à mort le général Custine*, qui est guillotiné le jour même.

30 août 1793

Paris. Aux Jacobins, l'abbé Royer* demande que la Terreur* soit mise à l'ordre du jour.
1 septembre 1793

On compte dans les prisons de Paris 1.597 détenus

Ille-et-Vilaine. Arrivée à Rénnes de Jean Baptiste Carrier* et Pierre Pochelles chargés d'en extirper toute trace de fédéralisme.

2 septembre 1793

Le peuple de Paris investit la maison commune en réclamant du pain.

On apprend à Paris que Toulon a été livrée aux Anglais.

3 septembre 1793

Le théâtre-Français est fermé; ses acteur son mis en arrestation pour avoir fait jouer une pièce jugée contre-révolutionnaire.

4 septembre 1793

Les manifestation redoublent d'intensité devant la maison commune. histoire

5 septembre 1793

Paris. Sous la pression des sans-culottes, les députés mettent la Terreur* à l'ordre du jour. histoire

Paris. Billaud-Varenne* et Collot d'Herbois* entrent au Comité de salut public.

6 septembre 1793

Nantes. Arrivée de l'avant-garde de l'armée de Mayence, que commande Jean-Baptiste Kléber*.

7 septembre 1793

Paris. La Convention ordonne l'arrestation des banquiers étrangers et l'apposition des scellées sur leurs papiers.

9 septembre 1793

Jacques Roux* est expulsé du Conseil général de la commune.

11 septembre 1793

Paris. Un décret de la Convention institue le maximum des grains à l'échelon national.

12 septembre 1793

Lyon. Le général Kellermann*, commandant de l'armée des Alpes, lance une offensive contre les troupes sardes qui ont réoccupé la Savoie. En trois semaine le territoire national sera libéré.

Prise de Quesnoy par les Autrichiens.

13 septembre 1793

Houchard* reprend Menin aux Hollandais.

14 septembre 1793

Paris. Les églises sont dépouillées de leurs armoiries et de tout signe ou emblème ayant trait à la royauté et à la féodalité.

15 septembre 1793

Corse. Les républicains assièges dans Saint-Florent par les partisans de Paoli* repoussent l'offre de l'amiral Hood de suivre l'exemple toulonnais en ralliant à Louis XVII*.

Menin est repris pas le duc d'York

16 septembre 1793

Montaigu. L'armée de Charette*, qui opère indépendamment des autres troupes vendéenes, est mise en déroute par le républicains.

17 septembre 1793

Paris. La Convention adopte la loi sur les suspect sur la proposition de Merlin de Douai*. TEXTE

18 septembre 1793

Maine-et-Loire. L'armée catholique et royale bat à Coron l'armé républicaine commandée par Santerre*. hiistoire

Bordeaux. Les sans-culottes renversent la municipalité fédérée. Les représentants Tallien* et Ysabeau y organisent la Terreur*.

Institution du port obligatoire de la cocarde tricolore* par les femmes.

19 septembre 1793

Maine-et-Loire. Les armée de Kléber* et Marceau* sont battues par l'armée catholique et royale à Torfou. histoire

20 septembre 1793

La Convention décrète la prison pour tous ceux qui chercheraient à se soustraire à la réquisition.

21 septembre 1793

Port de la cocarde tricolore obligatoire pour les femmes.

Paris. Menacé d'arrestation le Cordelier Leclerc*, ami de Marat*, est obligé de suspendre la parution de son journal l'ami du peuple*

23 septembre 1793

Paris. Le Comité de salut public réquisitionne tous les ouvriers parisiens pour la fabrication de fusils.

Paris. Le député de l'Aube Perrin, est déféré devant le tribunal révolutionnaire pour accaparement.

24 septembre 1793

La Convention confie le commandement de l'armée du Nord à Jean Baptiste Jourdan*.

26 septembre 1793

Paris. Renouvellement du Tribunal révolutionnaire : les juges et jurés sont choisis sur une liste conjointement par le Comité de salut public et de sûreté générale.

28 septembre 1793

Emission de 2 milliards d'assignats

Le paiement des pensions au-dessus de 3.000 livres est suspendu.

29 septembre 1793

Un décret institue la peine de mort pour les fournisseurs infidèles. Carrier* part pour Nantes en missionnaire de la Terreur*.

30 septembre 1793

Lors d'une sortie, le représentant en mission Drouet* (celui de Varenne), est fait prisonnier par les autrichiens.

1 octobre 1793

Les quarante-huit sociétés sectionnaires de Paris demandent à la Convention la mort de Brissot* et de ses complices girondins.

2 octobre 1793

La dépouille de Descartes est transférés au Panthéon

3 octobre 1793

Paris. Sur le rapport d'Amar*, 46 députés, pour la plus part girondins, sont mis en accusation et 73 autre décrétés d'arrestation, Robespierre* s'étant opposé à la mise en accusation de tous les protestataires. Le même jours, les députés décident que Marie-Antoinette* sera traduite sans délai devant le Tribunal révolutionnaire.

5 octobre 1793

Paris. Gilbert Romme* fait adopter par la Convention son calendrier révolutionnaire L'ere républicain étant censée avoir commencée lors de la fondation de la République, le 22 septembre 1792, le calendrier qui doit entrer en vigueur le lendemain portera donc la mention de l'an II.

AN II¹

6 octobre 1793 (15 vendéminaire An II)

Premier jour de la nouvelle ère

7 octobre 1793 (16 vendéminaire An II)

Le girondins Gorsas*, mis hors la loi pour s'être soustrait par la fuite au décret d'arrestation lancé contre lui, est arrêté et guillotiné le même jour.

9 octobre 1793 (18 vendéminaire An II)

Lyon. La ville capitule devant l'armée républicaine. histoire

10 octobre 1793 (19 vendéminaire An II)

Invasion de la principauté de Montbéliard par les troupes de la Convention

11 octobre 1793 (20 vendéminaire An II)

Paris. Mis en congé par la Convention, Danton* se retire chez lui à Arcis-sur-Aube.

12 octobre 1793 (21 vendéminaire An II)

La Convention décrète la destruction partielle de Lyon. TEXTE

14 octobre 1793 (23 vendéminaire An II)

Marie-Antoinette* paraît devant le tribunal révolutionnaire.

15 octobre 1793 (24 vendéminaire An II)

Maine-et-Loire. Le chef Vendéens Lescure* est grièvement blessé au combat près du château de La Tremblay.

16 octobre 1793 (25 vendéminaire An II)

Paris. Le député Basire* donne lecture d'un rapport du général Desmarres célébrant la mort du jeune soldat Joseph Bara*.

Lyon. La répression débute par l'exécution de quatre rebelles sur la place des Terreaux.

Marie-Antoinette* est condamné à mort à quatre heures trente du matin et exécutée à midi et quart le même jour. histoire

17 octobre 1793 (26 vendéminaire An II)

Bordeaux. Les représentants en mission Baudot et Ysabeau entrent dans la ville à la tête d'une armée révolutionnaire.

Vendée. Kléber* et Marceau* défont les Vendéens qui perdent leur deux meilleurs généraux, d'Elbée* et Bonchamps*. Ce dernier, avant de mourir, fait épargner les prisonniers républicains menacés de mort. histoire

Paris. Parution du décret de liquidation de la Compagnie des Indes. histoire

18 octobre 1793 (27 vendéminaire An II)
Maine-et-Loire. Les débris de l'armée catholique et royale passent la Loire à Saint-Florent-le-Vieil espérant trouver un appui en Bretagne et dans le Maine. histoire

19 octobre 1793 (28 vendéminaire An II)

Paris. Le député accapareur Perrin est condamné par le Tribunal révolutionnaire à douze ans de fers.

20 octobre 1793 (29 vendéminaire An II)

Le jeune La Rochejaquelein* est élu généralissime des troupes royalistes; la lutte continue.

21 octobre 1793 (30 vendéminaire An II)

Mayenne. La Rochejaquelein*, qui a pris le commandement de l'armée vendéenne, s'empare de Château-Gonthier et massacre la population civile.

22 octobre 1793 (1er brumaire An II)

Arrivée du représentant en mission Carrier à Nantes.

23 octobre 1793 (2 brumaire An II)

Mayenne. L'armée catholique et royale fait sa jonction avec la bandes de chouans de Bretagne et du Maine et s'empare de Laval.

Paris. La Commune décide sur proposition de Chaumette*, de faire abattre les status de rois qui ornent la façade de Notre-Dame. histoire

Une commission militaire républicaine s'installe à Bordeaux.

24 octobre 1793 (3 brumaire An II)

Les 21 députés girondins paraissent devant le tribunal révolutionnaire ( "Te voilà enfin sur la sellette, infâme Brisot*", écrit Hébert*)

Roland* se suicide.

25 octobre 1793 (4 brumaire An II)

Mayenne. La Rochejaquelein* écrase les colonnes républicaines venues lui barrer le chemin à Entrammes.

26 octobre 1793 (5 brumaire An II)

Nantes. Le représentant Carrier* organise une compagnie de soixante hommes chargée de l'arrestation des suspect, qui prend le nom de compagnie Marat.

Lyon. Le représentant en mission Couthon* donne le premier coup de marteau sur la façade d'une maison de la place Bellecour, signal de la démolition des édifices lyonnais.

27 octobre 1793 (6 brumaire An II)

Paris. Aux Jacobins, Jacques Alexis Thuriot* demande l'extension du mouvement de déchristianisation "Il faut tuer toutes les religions, créer un peuple de philosophes".

28 octobre 1793 (7 brumaire An II)

Paris. La Convention décrète qu'aucun ecclésiastique ne pourra être dorénavant nommé instituteur, ni aucune religieuse.

30 octobre 1793 (9 brumaire An II)

Paris. Le Tribunal révolutionnaire condamne à mort Brissot* et les Girondins.

Paris. Un décret de la Convention interdit toutes les sociétés populaires de femmes. histoire

31 octobre 1793 (10 brumaire An II)

Paris. Les députés girondins montent sur l'échafaud. histoire

1 novembre 1793 (11 brumaire An II)

Paris. La Convention décide de faire construire à lorient une prison destinée à accueillir les prêtres réfractaires condamnés à la déportation.

2 novembre 1793 (12 brumaire An II)

Paris. La Convention décrète l'égalité des droits entre les enfants légitimes et les enfants naturels en cas d'héritage.

4 novembre 1793 (14 brumaire An II)

Mayenne. Mort du général vendéen Lescure*. histoire

Ille-et-Vilaine. Les Vendéens s'emparent de Fougères.

5 novembre 1793 (15 brumaire An II)

Meudon. Laclos* est de nouveau arrêté sur ordre du Comité de sûreté général.

6 novembre 1793 (16 brumaire An II)

Gironde. Les représentants en mission changent le nom du département en celui de Bec-d'Ambrès.

Les munipalité, par décret de la Convention, pourront supprimer les institutions religieuses qui leur déplairont.

7 octobre 1793 (16 vendéminaire An II)aris. Exécution de Philippe Égalité*. histoire

7 novembre 1793 (17 brumaire An II)

Paris. Tous les ecclésiastiques députés à la Convention à l'exception de l'abbé Grégoire*, renoncent solennellement à la foi. histoire

La société populaire de Lille fait fermer les églises.

8 novembre 1793 (18 brumaire An II)

Paris. Exécution de madame Roland*. histoire

10 novembre 1793 (20 brumaire An II)

Rouen. Désespéré, Roland s'est suicidé histoire

Paris. Afin de sauver le Conventionnel Charles Nicolas Osselin*, décrète d'accusation, Chabot* et Thuriot* font voter un décret stipulant que tout député devra être entendu par l'Assemblée avant d'être déféré devant le Tribunal révolutionnaire.

Lyon. Fouchet* et Collot d'Herbois*, sitôt arrivés dans la ville, installent une commission militaire chargée de juger les insurgés détenus.

L'abbé Sieyès* abjure l'état ecclésiastique. histoire

11 novembre 1793 (21 brumaire An II)

Bailly* est guillotiné

12 novembre 1793 (22 brumaire An II)

Manche. Les Vendéens s'emparent d'Avranches

Paris. Barère*, au nom du Comité de salut public, réussit à faire annuler le décret voté le 10 sur la proposition de Chabot* et Thuriot*

13 novembre 1793 (23 brumaire An II)

Paris Hébert* obtient du club des Jacobins l'exclusion de Thuriot*

14 novembre 1793 (24 brumaire An II)

Nouvel échec des Vendéens devant Granville et repli vers la Loire

15 novembre 1793 (25 brumaire An II)

Manuel* est guillotiné.

Suppression des loteries jugées immorales par la Convention

16 novembre 1793 (26 brumaire An II)

Paris. Exécution du général Houchard*, le vainqueur de Hondschoote, accusé non pas été vaincu mais d'être entré en pourparlers avec l'ennemi.

17 novembre 1793 (27 brumaire An II)

Paris. A la demande du Comité de sûreté générale, dénonciateurs et dénoncés dans l'affaire de la Compagnie des Indes sont recherchés. Chabot* Basire* et Delaunay d'Angers* sont arrêtés, tandis que Julien de Toulouse, Batz*, Proly et Boyd prennent la fuite. histoire

20 novembre 1793 (30 brumaire An II)

La Convention décrète que les prêtre mariés ne seront sujets ni à la déportation ni à la réclusion.

21 novembre 1793 (1 frimaire An II)

La Convention décrète que les ecclésiastique qui abdiquent leur état auront droit à une pension annuelle; ceux de moins de 50 ans, 800 livres, de 50 à 70 ans 1.000 livres, de 70 ans et plus 1.200 livres.

23 novembre 1793 (3 frimaire An II)

La Convention ordonne la fermeture de tous les lieux de culte de la capital.

24 novembre 1793 (4 frimaire An II)

La Convention institue un musée au château de Versailles, qui accueillera les toiles de l'école française n'ayant pas trouvé place au Louvre.

25 novembre 1793 (5 frimaire An II)

Paris. Arrestation de dix-neuf des vingt-sept anciens fermiers généraux qui sont incarcères au couvent de Port-Royal transformé en prison.

Les cendres de Mirabeau* sont retirées du Panthéon

26 novembre 1793 (8 frimaire An II)

Danton* s'élève contre les mascarades anti-religieuse.

28 novembre 1793 (8 frimaire An II)

Paris. La Convention découvre que le texte du décret de liquidation de la Compagnie des Indres est différant de celui qu'elle a voté le

Bordeaux. Tallien* fait arrêter quatre-vingt-six membres de la troupe du Garand-Théâtre de la ville qu'il considère comme un foyer d'aristocrates.

29 novembre 1793 (9 frimaire An II)

Nomination de Turreau à la tête de l'armée de la Convention en Vendées

Paris. L'ancien Constituant Barnave* est guillotiné, après quinze mois de prison l'ancien ministre de la justice Duport-Dutertre est exécuté le même jour. histoire

30 novembre 1793 (10 frimaire An II)

Paris. Dans un discours à la Convention, Prieur de la Marne*, d'instruction des Bretons qui les rend perméables aux idées contre-révolutionnaires.

Paris. Les rues de Paris changent de nom histoire

1 décembre 1793 (11 frimaire An II)

Paris. A la Convention, Danton* fait repousser le projet de Cambon* sur l'échange forcé du numéraire contre les assignats.

2 décembre 1793 (12 frimaire An II)

Arrêté de la Commune sur la délivrance des certificats de civisme CONDITIONS

3 décembre 1793 (13 frimaire An II)

Les royaliste mettent le siège devant Angers.

Paris. Aux Jacobins, Danton* subit un premier échec. S'opposant à la remise d'une église du Havre aux sociétés populaires, il s'attire une vive réplique de Chasles et doit demander lui-même une commission d'enquête pour se disculper. Robespierre* le sauve de l'épuration.

4 décembre 1793 (14 frimaire An II)

Angers. Les Vendéens échouent devant la ville et doivent se replier sur la Sarthe

Tous les citoyens sont invités à récolter la salpêtre dans les caves.

Lyon. La répression tourne au massacre. histoire

5 décembre 1793 (15 frimaire An II)

Parution du premier numéro du Vieux Cordelier de Camille Desmoulins*, organe de la campagne pour la paix exérieure et intérieure de Danton*

6 décembre 1793 (16 frimaire An II)

Paris. Le Jacobin Philippeaux* publie une lettre critiquant la conduite des opérations militaires en Vendée. Il y attaque le ministère de la Guerre et les généraux Ronsin* et Rossignol*, et met en cause la politique du Comité de salut public.

7 décembre 1793 (17 frimaire An II)

Emission de 500 millions d'assignats.

8 décembre 1793 (18 frimaire An II)

Paris. L'ancien ministre Etienne Clavière* se suicide dans sa cellule après qu'on l'eut informé qu'il allait être déféré devant le Tribunal révolutionnaire.

Madame Du Barry* est guillotinée. histoire

Vendée. La mort héroïque du jeune Bara* histoire

10 décembre 1793 (20 frimaire An II)

Prise du Mans par les Vendéens

12 décembre 1793 (22 frimaire An II)

Mayenne, Après avoir occupé le Mans , les Vendéens sont écrasés par Marceau* et Kléber*. histoire

14 décembre 1793 (24 frimaire An II)

Paris. Aux Jacobins, Robespierre* prend la défense de Camille Desmoulins* menacé d'épuration.

Nantes. Les membres de la compagnie Marat* se font remettre 129 détenus à la prison du Bouffay, qui sont ensuite embarqués sur des chaloupes et noyés de nuit.

15 décembre 1793 (25 frimaire An II)

Bas-Rhin. L'offensive combinée de Pichegru* et de Hoche* provoque un véritable exode. Près de 40 000 personnes se réfugient en Allemagne, fuyant l'avance des troupes française.

17 décembre 1793 (27 frimaire An II)

Paris. A la Convention, Fabre d'Eglantine* obtient l'arrestation de Vincent et de Ronsin*.

19 décembre 1793 (29 frimaire An II)

Paris. Amar* découvre dans les scellés de Delaunay*, un des accusés dans l'affaire de la Compagnie des Indes, la minute du faux décret de liquidation portant la signature de Fabre d'Eglantine*.

Toulon. Le général Dugommier* chasse les Anglais de la ville. histoire

20 décembre 1793 (30 frimaire An II)

Paris. A la Convention Robespierre*, désireux d'éviter une scission majeure au sein des Montagnards*, propose d'établir une commission chargée de rechercher et signaler les suspects incarcérés injustement.

Les Cordeliers* réclament la mise en accusation des 73 protestataires détenus.

21 décembre 1793 (1 nivôse An II)

Paris. Collot d'Herbois* rentre de Lyon pour justifier son action répressive. En défendant les terroristes, il retourne la situation en leur faveur aussi bien à la Convention qu'au club des Jacobins.

23 décembre 1793 (3 nivôse An II)

Loire-Atlantique. La débâcle de l'armée Catholique et royale est parachevée à Savenay. C'est la fin de la Grande guerre de Vendée. histoire

24 décembre 1793 (4 nivôse An II)

Paris. La Convention rebaptise Toulon devien Port-la-Montagne.

25 décembre 1793 (5 nivôse An II)

Paris. Robespierre* présente à la Convention un Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire EXPLICATION

26 décembre 1793 (6 nivôse An II)

Paris. La Convention décrète qu'en raison de la guerre aucun étranger ne pourra désormais être représentant du peuple français.

Alsace. La victoire de Lazare Hoche* sur les autrichiens au Geisberg, permet de dégager Strasbourg de la menace ennemie.

Paris. Un arrêt permet aux femmes d'assister aux délibérations de la Commune et d'y tricoter.

Paris. Billaud-Varenne* fait rejeter par la Convention le projet présenter par Robespierre* d'une commission de justice chargée de veiller au bien--Fondé des arrestations.

27 décembre 1793 (7 nivôse An II)

Bas-Rhin. Hoche* entre dans Winssembourg, renforçant les positions française sur le Rhin. De son côté, Desaix* s'empare de Lauterbourg.

28 décembre 1793 (8 nivôse An II)

Paris. L'ancien ministre Girondin Lebrun* et le maire feuillant de Strasbourg, Dietrich*, sont guillotinés.

Paris. En application du décret du 26 décembre dirigé contre les étrangers, Thomas Paine* et Anacharsis Cloots* sont arrêtés et enfermés à la prison du Luxembourg.

Paris. La procédure du divorce est simplifiée. Les tribunaux devront désormais prononcer des divorces dans le mois suivant leur demande, et les homme pourront se remarier aussitôt.

31 décembre 1793 (11 nivôse An II)

Paris. Exécution du général Biron* qui, sur l'échafaud, proclame ses sentiments royalistes.

1789 1790 1791 1792 1793-An II 1794-An III 1795-An IV 1796-An V 1797-An VI 1798-An VII 1799-An VIII

Le 4/03/2002