Un pain trop cher qui alimente la colère

Versailles janvier 1790

Les cris et les jets de pierre n'ont pas cessé depuis tois jours. Les Versaillais sont descendus dans la rue pour manifester leur colère : le prix du pain ne cesse de grimper et eux ont fain. Ils se sont portés ce matin sous les fenêtres de l'hôtel de ville pour exiger la taxation de cette denrée. Car depuis que la Cour et les députés sont partis, le petit peuple des laquais, des artisans et des logeurs n'a plus de quoi vivre. Le maire, soucieux de faire l'agitation, a promis de promulguer un décret qui fixera le prix du pain; il veut aussi nommer des fonctionnaires chargés de réquisitionner le grain chez les particuliers pour approvisionner les marchés. Il espère que ces mots suffiront à calmer l'ardeur des manifestants. Et s'il le faut, il réserve plus tard le droit de faire intervenir la force.