Foulon et Bertier massacrés par la foule

Paris le 22 juillet 1789

Ventre affamé n'a point d'oreille, sauf pour écouter la rumeur qui désigne les "affameurs". Elle a fait aujourd'hui deux victimes: Bertier, intendant de Paris, et son beau-père Foulon, financier peu aimé, qui a été, du 12 au 16 juillet, un éphémère contrôleur des Finances en remplacement de Necker. Foulon a été "arrêté" le premier à Viry-Châtillon et ramené à Paris nu-pieds, une botte de foin sur la tête, un collier de chardons autour du cou. Le vieillard avait soif, On lui donna à boire du vinaigre, on lui essuya la face avec des orties. A l'Hôtel de Ville, ni La Fayette ni Bailly n'ont osé le sauver de la fureur de la foule. Il a été pendu à un réverbère, puis décapité. Bertier arrivait à Paris sous bonne escorte, quand il croisa la foule portant la tête de Foulon sur une pique. Ayant tenté de saisir un fusil pour se défendre, il a été lardé de coups de baïonnettes, et son coeur arraché fut porté dans Paris.