Le Comité de salut puplic dissout l'armée révolutionnaire des sans-cullot

Paris le 27 mars 1794

La Convention licenie. Selon le décret présenté par Barère au nom du Comité de salut public et adopté par la Convention, l'armée révolutionnaire est dissoute, et ses volontaires sont renvoyés dans leurs foyers. Toutefois, ceux qui veulent poursuivre leur service seront incorporés individuellement dans les armées de la République. En effet, le Comité ne doute pas du patriotisme des sans-cullotes, qui composaient l'essentiel de cette armée. S'il se sont parfois laissé entraîner à quelques abus et exactions, il en rejette la responsabilité sur leurs chefs, ces Hébertistes dont on s'est débarrassé. En fait, ce décret, prévu dès le 4 décembre, vise surtout à renforcer la centralisation du pouvoir. Le Comité ne veut pas d'une institution militaire particulière, qui pourrait s'opposer à lui.