Danton et ses amis sont guillotinés

Paris le 5 avril 1794

C'est fini. Desmoulins, Hérault de Séchelles, Philippeaux, Basire et même Chabot, qui avait tenté de s'emprisonner, ont été guillotinés ce matin avec Danton. Celui-ci, avant de monter à l'échafaud, avait dit au bourreau : " Tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut la peine." Et, soudain, la foule s'est tue quand l'exécuteur a obéi à celui qui avait osé résister au tribunal révolutionnaire. Après l'éclat de Danton le 3 avril, il devenait nécessaire d'en finir au plus vite. Robespierre et ses partisans sentaient le danger qu'il y avait pour eux à laisser s'exprimer les accusés. En outre, le jury commençaient à fléchir et à se diviser. Seul Trinchard s'apprêtait à voter la mort sans état d'âme, mais d'autres jurés hésitaient, troublés par les accents de sincérité des prévenus. L'un d'entre eux, Naulin, a même demandé hier d'audition des témoins, contrairement à ce qui avait été prévu. Affolés, le président Herman et Fouquier-Tinville se sont précipités chez les Robespierristes pour leur demander de leur venir en aide. Saint-just a pris les chose en main et a fait adopter par une Assemblée abasourdie, mais dociles, un décret stipulant que "tout accusé qui résiste ou insulte sera mis hors la loi des débats". Il ne restait plus au jury qu"a rendre le verdict attendu. Mais il a encore temporisé et n'a rendu la sentence de mort que ce matin, à 8 heures. Trinchard avait beau pérorer et proclamer que les scélérats devaient périr, ses collègues ne semblaient pas fiers. Malgré de nouvelles protestations de Danton et les hurlements de Desmoulins, qui serrait Basire et Chabot dans ses bras, la charrette était prête et n'allait pas tarder à se mettre en route.