Reconstitution d'un état-major chouan

Calvados le 23 septembre 1799

Le comte Louis de Frotté va reprendre les armes. Ayant enfin quitté l'Angleterre, où l'inaction commençait à lui peser, il vient de débarquer près de Bayeux, accompagné d'une quizaine d'officiers. Son retour n'est pas un fait isolé: la plupart des chefs royaliste qui s'étaient réfugiés en Angleterre depuis le coup d'Etat de Fructidor sont déjà revenus et préparent une nouvelle insurrection. Les circonstances leur paraissent propices: leurs défaites à l'étranger ont obligé les républicains à réduire les effectifs des garnisons de l'Ouest. Elles ont également valu aux royalistes d'obtenir des subsides et des armes de la part du gouvernement anglais. Le 15 septembre, à l'initiative de Bourmont, Châtillon, d'Andigné et La Prévalaye, les principaux meneurs se sont réunis au château de la Jonchère. Malgré leurs divisions, ils ont décidé de reprendre la guerre civile, en coordonnant les opérations menées en Bretagne, en Vendée, dans le Maine et en Basse-Normandie.