Babeuf et Darthé ont été guillotinés

Vendôme le 27 mai 1797

Les juges du procès des Egaux ont rendu hier leur verdict. Les principaux complices de Babeuf s'en sortent bien, Antonelle et Félix Le Peletier sont acquittés, Bunarroti et Germain sont condamnés à la déportation. Quant à Sylvain Maréchal, il n'a même pas été inquiété. Seuls Babeuf et Darthé ont été condamnés à mort pour avoir voulu renverser le régime et rétablir la Constitution de 1793. Le Directoire avait introduit Grisel, l'un de ses agents, parmi les Egaux et, dans la nuit du 10 mai 1796, Barras avait fait arrêter plus de cinquante personnes soupçonnées d'avoir trempé dans le secret de la conjuration. Babeuf avait été trouvé chez lui où, en compagnie de Buonarroti, il préparait les derniers détails de l'insurrection. Le 20 février, s'était enfin ouvert, devant la Haute Cour de justice de Vendôme, le procès des 65 inculpés. Et quel procès! Pendant trois mois, de virulentes joutes oratoires ont opposé l'accusation à Babeuf et à ses amis, qui à plusieurs reprises ont bénéficié du soutien du public. A leurs terribles accents de colère, à leur liberté de langage, à la manière dont ils récusaient la compétence du tribunal, les accusés n'ont pas trahi leur image de combattants. Germain s'est signalé par ses harangues passionnées. Il s'en est pris notamment à Grisel qui s'était vanté d'avoir mérité la couronne civique par sa dénonciation. "Cette couronne appartient aux victimes", lui a-t-il rétorqué sous les applaudissements de l'auditoire, Babeuf, pourtant géné par la résolution prise en commun de nier l'accusation, a été intarissable. Si certaines séances furent orageuses, il y en eut aussi de poignantes où le chef des conjurés, au comble de l'émotion, exposa sa doctrine et provoqua les sanglots de l'assistance. La salle en émoi reprenait même avec eux les chants révolutionnaires. Le verdict a d'ailleurs suscité un grand tumulte dans l'assistance. Tandis que Buonarroti en appelait au peuple, Babeuf et Darthé se sont poignardés au cri de Vive la République! Et c(est à l'aube qu'il ont été trainés, sanglants, à l'échafaud.