Les Français matent la révolte de Pavie

Paris le 26 mai 1796

Bonaparte a livré la ville à ses soldats. Des maisons achévent de brûler, témoignant de la violence avec laquelle le général entend briser toute insurrection antifrançaise. Les tentatives de consiliation faites à Milan il y a dix jours ont donc  échoué à Pavie. Le 23 mai, les arbres de la Liberté érigés par les patriotes étaient mis à bas par des paysans, qui forcèrent la garnison française à rendre le château. Aussitôt averti, bonaparte se portait sur la ville et tentait sans succès, d'en forcer la porte à l'aide de canons. Il lui fallut écarter les paysans postés sur les remparts pour réussir à enfoncer la porte à coups de haches. Les heures de la résistance étaient alors comptées. Bientôt, la cavalerie chargeait dans les rues afin de disperser les attroupements armés. Les autorités municipales et le clergé, qui avaient soigneusement attisé la révolte, demandèrent grâce, mais en vain. Bonaparte a été inflexible, Il a fait fusiller un prisonnier sur dix. Le commandant de la place, traduit devant un conseil de guerre, a été condamné à mort, Après ceux de Milan, Binasco et Arquata-Scrivia, les mouvements de révolte de Pavie se sont donc terminés dans le sang. Ce difficile tout à la fois de libérer et de rançonner un pays