Réunion de la Convention batave

La Haye, le 1er mars

Elue en février au suffrage à deux tours, la Convention batave tient sa premieèr session: lui reviennent la guerre de la paix, le choix des alliances et vote de l'impôt. Elle nommera les ministres et pourra modifier la législation à la majorité des deux tiers. Il lui appartient aussi de désigner une commission chargée de rédiger un projet de Constitution. Deux partis s'affrontent. A gauche, les unitaires sont partisans d'un Etat centralisté. Les plus radicaux d'entre eux, don't Paul Wreede, exigent la disparition de tout ce qui rappelle les anciennes provinces, tandis que les modérés de Schimmelpenninck veulent sauvegarder l'autonomie de certaines administrations locales. A leur droite, les fédéralistes mêmes par Averhoult, qui, s'il reconnaissent la souveraineté nationale et le principe de l'unité dans les affaires générales, la guerre et la diplomatie, demeurent très attachés à tous les privilèges historiques des provinces et des municipalités, en particulier au droit de voter l'impôt.