La Constitution de l'an III adoptée

France le 24 septembre 1794

Le référendum est largement commenté dans la presse d'aujourd'hui. Ses résultats ont été proclamés hier: La nouvelle Constitution a été adopté par 1 057 390 voix contre 49 978. L'approbation peut paraitre massive. En fait, seul un huitième des votans potentiels ont exprimé un avis favorable. Les autres citoyens se sont abstenus de manifester leur opinion. De plus, certains décrets annexes n'ont été voté que de justesse. Ainsi, les décrets dit des "deux-Tiers", qui réservent deux tiers des sièges de la prochaine Assemblée aux députés sortants de la Convention, n'ont recueilli que 205 498 voix contre 108 784. Ils ont été rejetés dans 19 départements et par 47 sections parisiennes sur 48. Un article de la Gazette de France rend compte du sentiment désabusé qui régne dans le pays à l'égard de la Constitution. Il semble, écrit le journaliste, que "les propriétaires seuls composent la société. Les autres ne sont que des prolétaires qui, rangés dans la classe des citoyens surnuméraires, attendant le moment qui leur permettre d'acquérir une propriété" Ce jugement cynique, mais communément partagé, sur les nouvelles institutions explique qu'elles aient été adoptées par défaut.