Louis, ci-devant dauphin, est mort

Paris le 8 juin 1794

Le "fils Capet", l'orphelin du Temple, est décédé cet après-midi vers trois heures. Depuis quelques jours, son état avait tellement empiré que le Comité de sûreté général avait jugé prudent de charger le docteur Dumangin de seconder Pelletan, le médecin habitel de l'enfant. Ce matin, les deux homme s'étaient donc consertés au chevet du petit malade qu'ils avaient trouvé atteint de diarrhées et de vomissements incoercibles. Il n'était plus capable de prononcer une parole, mais il avait toute sa connaissance. A la demande de Pelletan, il a eu encore la force de lui tendre sa main à baiser. Rappelé d'urgence en début d'après-midi par les gardiens affolés de voir leur prisonnier en proie à une crise particulièrement violente, le médecin a trouvé le jeune prince mort. Depuis trois ans, celui-ci n'était pas sorti du Temple, et ce manque d'exercice, si préjudiciable pour un enfant d'une dizaine d'années, a peut-être contribué à hâter l'évolution de sa maladie. Depuis plus d'un an, le petit Louis-Charles, déjà chétif et mal portant, souffrait beaucoup des articulations. Les symptômes qu'il présentait ressemblant étrangement à ceux du premier dauphin, il est vraisemblable que les deux frères étaient atteints du même mal. Immédiatement prévenu, le Comité de salut public a chargé quatre députés d'étudier cette affaire et de déterminer les mesures à prendre. En attendant, la nouvelle du décès de l'enfant doit demeurer secrête, et le service doit continuer comme à l'ordinaire afin de n'éveiller aucun soupçon.