Offre d'amnistie pour les Vendéens

Paris le 2 décembre 1794

L'Amnistie pourrait être accordée à "toutes les personnes connues sous le nom de rebelles de la Vendée et de chouans" qui déposeraient les armes dans un délai d'un mois. le décret adopté par la Convention marque une nouvelle étape dans la politique de pacification de l'Ouest. C'est à la demande du général Hoche que cette mesure a été prise: à ses yeux, la solution du conflit ne saurait être exclusivement militaire. Il n'y aura pas de paix durable sans négociations, sans amnistie et sans mesures d'apaisement en matière religieuse.