DECLARARTION de BARBAROUX

Je soutien que dans la plus part des mandats d'amener décernés par le Comité de sûreté général, il n'y a jamais eu de délibération préalable, du moins trés rarement... Il n'y a pas de registre de correspondance, et, en général, si on examine tous les papiers contenus dans le Comité, on y trouvera le plus grand désordre.