Toulouse réprime ses francs-maçons

Toulouse le 5 octobre 1794

A partir d'aujourd'hui, les quatre loges maçonniques de la ville vont devoir fermer leurs portes. Malgré le patriotisme constant don't elles ont fait preuve, le député Mallarmé, venu en mission de Paris, les a classées parmi les "monuments du fanatisme" qu'il est chargé de détruire. Les frères toulousains espéraient mieux de l'un des leurs. Maçon lui-même, Mallarmé n'a cependant pas pu s'opposer aux pression de la société populaire de la ville, qui lui a fait observer que les compagnonnages étaient contraires aux lois.