La poudrière de Grenelle a sauté

Paris le 31 août 1794

Ce matin, nombreux sont ceux qui ont cru à un tremblement de terre. Il a suffi d'une étincelle pour que le magasin de poudre du château de Grenelle, situé près de l'école militaire, soit soufflé en l'air. L'explosion a été si puissante que les maisons du quartier ont été ébranlées, et des ponts léeardés. La déflagration a même brisé les scellés posés sur la porte des souterrains de l'Observatoire, et le bruit a porté jusqu'à Fontainebleau. Les sauveteur ont retiré des décombles des centaines de victimes, et les hôpitaux de la Charité et du Gros-Caillou sont débordés par la munltitude des blessés. Cette catastrophe, bien qu'accidentelle, n'en était pas moins prévisible. Dans l'atelier de Grenelle s'entassaient deux mille ouvriers qui fabriquaient de la poudre dans une atmosphère surchauffée, sans qu'aucune mesure de protection n'ait jusqu'alors été prise. Et, jusqu'à présent, personne ne s'en était officiellement alarmé.