La Corse tout entière anglaise

Corse le 21 août 1794

La citadelle de Calvi, la dernière ville encore française, est tombée aux mains des Anglais. Désormais, la République n'a plus aucune autorité sur l'île. Il est vrai que le combat était pas trop inégal. Assaillie sur mer par l'artillerie du capitaine Nelson et harcelée sur terre par les nationalistes corses de Pascal Paoli, la garnison n'a sans doute pas démérité de la patrie. La chute de Saint-Florent en février dernier et la reddition de Bastia trois mois plus tard n'avaient guère laissé d'espoir aux républicains. Après six mois de combats, la Corse est donc aux mains des Paolistes, c'est-à-dire anglaise de fait. Une " Assemblée constituante", réunie en juin à l'initiative de Paoli, avait confirmé la rupture définitive avec la France, et offet la couronne à George III d'Angleterre. Londres assurait ainsi d'avantage sa maitrise sur les mers, la flotte française de la Méditerranée ayant été brûlée par les Anglais à Toulon. Quant à Pascal Paoli, il a invoqué son âge et ses infirmités pour refuser la vice-royauté que lui proposait lord Gilbert Elliot, l'émissaire anglais.