L'armée française triomphe à Fleurus

Fleurus le 26 juin 1794

Pour la deuxième fois depuis 1792 la route de la Belgique est ouverte. Le général autrichien, le prince de Saxe-Cobourg, a préféré donner le signal de la retraite. Les troupes des armées du Nord et des Ardennes, amalgame de volontaires et de soldats réguliers, ont multiplié tout au long de la journée les actes de bravoure. Leurs officiers n'ont pas été en reste. Chacun se souviendra de l'héroïque défense du poste de Lambusard. La division du général Joseph Lefevre, entourée par les flammes, enveloppée d'une épaisse fumée, sembla un instant pr^te à céder à la panique. Mais, au cri de "Pas de retraite aujourd'hui", le général réussit à stimuler ses hommes. même héroïsme au centre: Championnet a résité à tous les assauts autrichiens, tandis que Kléber s'est élancé avec sa fougue habituelle sur l'ennemi. Pendant quatorze heures, les combats se sont multipliés, aussi violents qu'indécis, Le général en chef, Jean Baptiste Jourdan, a dû payer de sa personne. Chargeant à la tête de trois bataillons, c'est lui qui a fini par remporter la décision et la victoire. Mais Cobourg n'a pas su non plus exploiter la situation: une manoeuvre d'encerclement aurait eu facilement raison des troupes de Jourdan.