La fuite en avant des Vendéens

Paris le 18 octobre 1793

"A la Loire" C'est à ce cri que les Vendéens battus devant Cholet se sont enfuis vers le nord, en direction du fleuve. La peur des Bleus, don't l'avance paraissait irrésistible, a ainsi conduit des milliers de soldats, mais aussi de femmes de soldats, mais aussi de femmes, d'enfants et de vieillards sur la plage de Saint-Florent. Là, dans une terrible confusion, on essayait de prendre place sur l'une de ces petites barques surchargées qui assuraient la traversée: la cohue était telle que, pour permettre à Lescure agonisant de monter à bord, ses officers ont dû sortir leurs sables pour disperser la foule. Lui-même était hostile au passage de la Loire, tout comme son cousin Henri de La Rochejaquelein, élu généralissime malgré ses 21 ans, en remplacement de d'Elbée, mourant. D'autres chefs ont au contraire incité civils et militaire à se diriger vers le nord-ouest du fleuve. Ils y voient le moyen d'étendre la révolte à la Bretagne et au Maine et de recevoir des secours anglais par un des ports du littoral de la Manche. Cette "virée de galerne" ne fait que commencer.