Marie-Antoinette à la Conciergerie

Paris le 2 août 1793

Aidée de sa fille et de Mme Elisabeth, Marie-Antoinette a rassemblé en hâte le maigre bagage qu'on l'autorise à emporter. En pleine nuit, quatre administrateurs de police ont fait irruption pour l'emmener. Dissimulant son émotion, elle a embrassé sa petite Marie-Thérèse en lui recommandant de "prendre courage", puis elle l'a confiée à sa belle-soeur. Elle est alors sortie sans se retourner. C'est hier que la Convention a décidé le transfert de la reine à la Conciergerie en attendant sa convocation devant le Tribunal révolutionnaire. La découverte de complots, comme celui du baron de Batz, pour faire évader la famille royale, a montré que le Temple n'était plus un lieu assez sûr. A l'aube, Marie-Antoinette a découvert sa nouvelle prison, bien différante de sa chambre confortable du temple: une cellule humide, un lit de sangle, un fauteuil en canne, deux chaises et une table.