Buzot brûlé en effigie à Evreux

Evreux le 27 juillet 1793

Le peuple a brûlé celui qu'il adorait. L'effigie du député girondin Buzot, naguère l'orgueil de la cité, se consume sur la grand place, en tournée par une foule frénétique. Quelques jours après la déroute de l'armée fédérée à Pacy-sur-Eure, le 13, les représentants de la Convention ont été accueillis avec allégresse par la population. Le 23, la Convention a célébré la réhabilitation de la ville rebelle. Elle a décidé de rétablir à Evreux le siège du département et d'y fêter le retour de la liberté en mariant six couples de jeunes gens qu'elle a dotés d'une valeur de 2 400 livres en Biens nationaux et assignats. La décision des députés de faire détruire la maison de Buzot inquiète toutefois ses nombreux débiteurs. Cependant, l'Assemblée a réfuté leurs objection par un argument sans réplique :"La maison appartiendrait-elle à un autre propriétaire, ce serait lui rendre service que de faire consumer par les flammes une habitation qui a été l'asile du crime".