Ayant reçu de ses commettant une pétition destinée à être présentée à la Convention et où ils demandaient le jugement de Louis XVI et de Marie-Antoinette, Bourbotte, après en avoir donné lecture, l'appuya dans ces termes : " Il faut frapper la tête d'un homme depuis longtemps proscrit par l'opinion publique. Je demande donc que la discussion sur cette grande affaire soit entamée... S'il y a parmi les membres de la Convention quelqu'un qui pense que les prisonniers du Temple ne doivent pas être punis de mort qu'il monte à cette tribune; quant à moi je demande contre eux la sentence de mort".