Battus, les Franais évacuent Mayence

Mayence le 23 juillet 1793

La résitance a des limites que même l'héroïsme ne saurait dépasser. C'est à une garnison française décimée que les Prussiens ont rendu les honneurs de la guerre. A quoi bon résister davantage? Les armées française devant soutenir les assauts des ennemis aux frontières, la ville ne pouvait plus espérer aucun secours. Assiégée par le roi de Prusse en personne le mois dernier, la ville de Mayenne était devenue le centre d'un cercle de fer et de feu. Cela n'a pas empêché les français de multiplier les sorties et de harceler l'ennemi. Mais que pouvaient faire 22 000 hommes de la garnison face aux 80 000 Prussiens? Alors qu'il pleuvait littéralement des boulets, la famine s'est mise de la partie: on a commencé par manger les chevaux, mais les chiens et les chats ont bientôt constitué l'ordinaire des repas. La garnison sera envoyée en Vendée, car elle ne peut plus, selon les conditions prussiennes, combattre sur les frontières.