La Convention fixe un maximum pour le prix des grains

Paris le 4 mai 1793

Le Libéralisme révolutionnaire a fait long feu. On est aujourd'hui revenu à la réglementation économique. En décrétant un maximum pour le prix des grains, la Convention n'a certe pas voulu en faire une question de principe. Elle s'est contentée de répondre à une situation de crise. Car l'émission répétée de nouveaux assignats a provoqué une inflation, donc une dépréciation du papier monnaie, qui entraine une hausse continue du coût des denrées. En bref, la planche à billets fonctionne nuit et jour, et les prix augmentent au même rythme, ce qui oblige le président du comité des finances Cambon à jongler en permanence pour éviter la banqueroute. Mais c'est surtout l'agitation populaire contre la vie chère qui a décidé les députés à voter le maximum. Du coup, cette question économique est devenue éminemment politique. Les Montagnards, récupérant pour la circonstance les revendications des Enragés, ont vu là une occasion rêvée d'attaquer la Gironde. Alors qu'ils sont traditionnellement favorables au libéralisme économique. Ils se sont battus pour faire adopter la nouvelle loi. Un peu de démagogie peut parfois payer.