Des prostituées égorgées à la Salpêtrière

Paris le 4 septembre 1792

Refoulées hier soir par des compagnies de la garde nationale, des bandes de massacreurs sont revenues aujourd'hui à la Salpêtrière pour trouver la voie libre. Après avoir forcé les portes, elles ont parcouru la maison, armées de sabres et de gourdins, violant et tuant sur leur passage. Cet hospice-prison renferme des prostituées, des folles, des femmes détenues pour délits, mais aussi de jeunes orpholines. Ces hommes déjà ivres de sang n'ont rien épargné. Après leur départ, on a dénombré trente-cinq victimes, don't plusieurs femmes âgées, sans compter la disparition de jeunes filles et d'enfants. Leur besogne achevée, les massacreurs se sont rués à Bicêtre, en quête de nouvelles victime.